(photo F. Hermine)
(photo F. Hermine)

Le Cluster Provence Rosé rassemblant des entreprises périphériques de la filière viti-vinicole poursuit ses actions, à commencer par les Trophées de l’innovation de la filière vin et les premières Assises de l’agro-écologie.

Les Trophées de l’Innovation vont enfin avoir lieu mardi prochain à Brignoles (83). Le Cluster Provence Rosé, créé en 2014 et qui regroupe aujourd’hui 43 adhérents, entreprises périphériques de la filière viti-vinicole, va organiser, dans le cadre de la Foire de Brignoles (83), le 12 octobre prochain la première édition des Trophées de l’Innovation de la filière Vin qui devaient déjà avoir lieu l’an dernier. Elle sera présidée par Gérard Maurou, Prix Nobel de physique 2018. Le Cluster prévoit également à Brignoles la tenue des premières assises de l’agro-écologie, le 15 octobre pour évoquer les problèmes de carbone dans le cadre de tables rondes qui feront la part belle aux témoignages de viticulteurs mais aussi d’agriculteurs et de maraîchers.

« Elles seront un bon relais du cluster en particulier pour nourrir le chantier Sol Vivant créé il y a deux ans et qui a abouti au projet EnviProv en collaboration avec l’ODG, la Chambre d’Agriculture du Var et le CIVP (Conseil interprofessionnel des vins de Provence) détaille Philippe Brel président du cluster Rosé et directeur de l’union coopérative Estandon. Il s’agit de mettre en place le bilan carbone de la filière, accélérer les conversions en HVE, améliorer les pratiques en matière de gestion des sols. » Une alternante a été embauchée pour trois ans afin d’effectuer un bilan et de caractériser les prix de revient des différentes conduites de la vigne, l’impact des couverts végétaux, de la réduction du passage des tracteurs… Y participent des entreprises du Cluster telles que Estandon, le CAP (Cabinet d’Agronomie Provençale), Racine (entreprise de distribution agricole, promotion d’une agriculture durable et rentable), l’ICV-Centre œnologique de Provence… Un bilan humique suivant l’évolution des matières organiques dans les sols en comparant l’humus détruit à l’humus restitué selon les interventions agricoles devrait être réalisé au préalable. Le groupe Solidarité Climatique devrait permettre, après que les entreprises ont réalisé leur bilan carbone, de recevoir les prestataires pour des actions concertées et de partager les bonnes pratiques pour 2022. Concept Emballages l’a déjà fait en mesurant sa consommation énergétique pour déterminer un plan d’actions. Estandon avec son responsable technique Stephan Reynig suit le travail sur les inter-rangs, les couverts végétaux notamment pour lutter contre les aléas climatiques et pour protéger contre le ravinement des sols par les pluies.

Le Cluster a également lancé pendant la crise sanitaire des vidéos d’entreprise pour remplacer les rencontres en présentiel et devrait diffuser une vingtaine de vidéos sur les métiers en accord avec la Région dans le cadre de la Banque Régionale des Emplois et de l’Apprentissage (BREA). Il s’est également mobilisé suite à l’incendie varois de mi-août. « Nous avons surtout relayé les demandes d’aides du syndicat des Côtes-de-Provence et de la Chambre d’agriculture qui étaient au premier plan, estime Philippe Brel. Nous avons servi de go-beetween entre le cellule de crise et les producteurs qui avaient besoin d’informations, de moyens, d’une cuverie, d’un tracteur ou simplement qu’on leur remonter le moral. »