Les viticulteurs chiliens souhaitent augmenter le prix de leurs vins sur le marché international d’environ 20% au cours des cinq prochaines années et renforcer leur présence sur le marché haut de gamme.

« Nous espérons que dans cinq ans, le prix d’une caisse atteindra les 35 à 36 dollars » et 40 dollars dans dix ans, contre 29 dollars actuellement, selon Mario Pablo Silva, président de l’Association chilienne du vin, à l’occasion de la Fête des vendanges qui se déroule chaque année à Santiago.

Les professionnels misent sur la promotion de leurs vins haut de gamme, en particulier ceux issus des deux cépages phares du vignoble chilien : le cabernet sauvignon et le carmenere. Le marché asiatique reste la priorité pour les exportateurs, en particulier la Chine, qui représente 20 % des exportations, pour une valeur annuelle moyenne de 66 millions de dollars. Les importations de vins dans ce pays, en baisse au niveau mondial, ont été favorisées avec le Chili grâce à un accord de libre échange.

En 2018, le pays a produit 1,2 milliard de litres de vin, une hausse de 36% par rapport à l’année précédente