(photo BNIC)
(photo BNIC)

Les ventes de Cognac ont diminué de 11,3% en volume et de 22,3% en valeur en 2020 sous l’effet de la pandémie de Covid-19, malgré “des signes de reprise” au dernier trimestre, a indiqué mercredi l’interprofession.

Sur l’année, 192 millions de bouteilles ont été expédiées pour un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros contre 3,6 milliards en 2019, dans “un contexte sanitaire inédit”, précise le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC), interrogé par l’AFP. Cette baisse plus importante du chiffre d’affaires que des volumes expédiés s’explique par la pandémie, qui a favorisé les ventes sur internet, un marché où les bouteilles moins onéreuses dominent.

Le BNIC parle ainsi d’expédition de “cognacs adaptés à la vente en ligne ou en magasin” plus importante que celle de “cognacs de qualité plus veille et à plus forte valeur distribués dans les bars, restaurants et discothèques”. La filière enregistre toutefois “des signes de reprise forts sur le dernier trimestre 2020” avec des expéditions en hausse de 18,8% par rapport à la même période l’année précédente.

Dans le détail, sur la période septembre-décembre, les exportations vers la Chine, Singapour et Hong Kong ont progressé en volume de 11,4% par rapport au même trimestre 2019, soit 12,2 millions de bouteilles expédiées.

Sur le marché européen, 11,3 millions de bouteilles ont été expédiées, pour une évolution en volume de 4% par rapport au même trimestre en 2019.

Exporté à 97%, le Cognac a bénéficié malgré la baisse des exportations liée au Covid-19 d’une “adaptation des acteurs” à la vente en ligne et de la bonne reprise de la croissance chinoise. Cette reprise s’explique également par une consommation domestique en forte hausse sur les principaux marchés, selon l’interprofession.

Aux États-Unis, premier marché d’exportation du Cognac, la filière a enregistré une croissance de 1% en volume sur les douze derniers mois, “preuve du dynamisme du Cognac sur ce marché clé qui doit être préservé”, relève le BNIC. Près de 103,5 millions de bouteilles ont été expédiées vers les États-Unis en 2020, soit 1,1 million de plus que l’année précédente. Il est encore trop tôt pour évaluer les répercussions des nouvelles taxes de l’administration Trump, instaurées en janvier 2021, sur les chiffres de l’année en cours.

Si ces nouveaux droits de douane ne ciblent “qu’une partie” des exportations de Cognac, la filière redoute toutefois un alourdissement “dans les prochaines semaines si une désescalade n’intervient pas sur le front diplomatique”. Ces nouvelles taxes, imposées par les États-Unis sur fond de litige entre les Boeing et Airbus, s’élèvent à 25% sur les vins non pétillants, moûts de raisin et cognacs, et à 15% sur certaines pièces aéronautiques. Elles étaient entrées en vigueur quelques jours avant la fin du mandat de Donald Trump, pendant lequel les relations commerciales des États-Unis avec l’Union européenne se sont profondément détériorées.