(photos JB)
(photos JB)

Rendue célèbre par la production de vases en terre cuite, la touristique cité gardoise fête pour la dixième fois les vins produits dans cette partie du Gard. Une appellation qui s’affirme !

Tous les ans en juillet depuis 2010, un épisode cévenol s’abat sur Anduze. Pas d’orages ni de risques d’inondations même si certains ont envie de parler de crus ! Alors que des milliers de touristes, issus notamment du Nord de l’Europe, animent cette région du Gard, les vignerons viennent à leur rencontre en s’installant dans les allées ombragées d’un vaste parc municipal. Après des années d’une foire aux vins sans identité propre, ils ont décidé de valoriser uniquement les producteurs cévenols. Ceux qui ont cru d’abord aux Vins de pays des Cévennes avant de défendre l’IGP Cévennes née il y a dix ans.

Une IGP marquée par une identité forte comme le rappelle Christian Vigne, son président. « Il y a d’abord la climatologie qui nous offre de grandes amplitudes de température en été entre le jour et la nuit. Ensuite les terroirs, sur les premières pentes des Cévennes, favorisent des vins aux expressions très différentes en particulier pour les blancs et les rosés. Enfin, nous avons la chance d’avoir un vrai mélange de générations au niveau des vignerons avec beaucoup de néo-agriculteurs qui sont passionnés par le vin. D’une première vie professionnelle ils ont retiré les moyens d’investir dans l’achat de quelques hectares de vignes et surtout, comme l’IGP laisse beaucoup de liberté, ils ne s’interdisent rien et innovent sans cesse avec des cuvées spéciales qui sont à la fois originales et très qualitatives. »

Engagement environnemental

Ils sont d’ailleurs nombreux dans ce cas ce week-end à Anduze parmi les 25 exposants. « Nous avons imaginé cette fête pour montrer que l’on produit des vins dans cette région, que ces vins sont bons et que les vignerons sont clairement engagés dans une démarche environnementale forte avec 30% d’entre eux qui travaillent en bio et quatre caves coopératives qui ont obtenu le label “Bee friendly”. Et tout cela colle parfaitement à l’image des Cévennes », poursuit le président de l’IGP.

Mais les adhérents qui représentent 20 caves coopératives et une cinquantaine d’indépendantes ne s’arrêtent pas là. « Le respect de la nature s’accompagne d’une adaptation aux contraintes du réchauffement climatique. Nous avons donc introduit des cépages résistants dans le cahier des charges et nous défendons également l’idée de réintroduire des cépages interdits qui avaient historiquement une place privilégiée dans les Cévennes. Un engagement que nous avons traduit par une participation financière à la production du film ‘Vitis prohibita’… »

En attendant d’assister au Sénat à la remise d’un prix récompensant ce long métrage, Christian Vigne et ses adhérents boucleront ce dimanche 21 juillet leur deuxième journée de fête à Anduze avant de remettre cela le dimanche 4 août à Saint-Ambroix, un peu plus au nord.

Le bar à vins d’un sommelier du terroir

Ceux qui préfèrent déguster les vins autour d’une table pourront quant à eux rejoindre Sauve et s’installer sur la terrasse du Bistrot de la tour et découvrir le concept imaginé par Julien Nusswitz.
Si son nom chante l’Alsace il a tous ses souvenirs à Durfort, près d’Anduze. Et comme bon sang ne saurait mentir, il a marché sur les traces de Philippe, son père Meilleur sommelier de France 1986, président de l’association régionale des sommeliers et “winemaker” partagé entre IGP Cévennes et AOP Duché d’Uzès.

Le rejeton, formé à Dijon, a croqué dans le métier dans deux emblématiques bar à vins montpelliérains (L’endroit et Trinque Fougasse) avant de vivre une expérience dans l’hôtellerie haut de gamme aux Seychelles au sein du groupe Constance. « Mais j’avais envie de retrouver cette région et de faire vivre un lieu qui me corresponde avec beaucoup des vins régionaux, en priorité des Cévennes, ainsi que quelques voyages dans d’autres vignobles français auxquels je suis attaché. Avec l’aide de mon frère Victor et d’un cuisinier d’ici, Jocien Betrand, nous proposons des assiettes de gourmandises à partager, de la terrine au caviar d’aubergine en passant par les croquettes de brandade. J’aime picorer ainsi et multiplier les découvertes, ce qui est rarement possible dans le cadre d’un menu traditionnel. Et c’est aussi une invitation à goûter des vins différents à chaque fois », résume le jeune sommelier. Qui avoue au passage un coup de cœur pour deux cuvées cévenoles. Stairwy to QV du domaine Quartier Lander, assemblage de grenache blanc, chardonnay et viognier, et Etincelle nomade du Mas Seren où s’expriment vermentino et ugni blanc…

− Fête du vin et des produits cévenols à Anduze ce dimanche, au Parc des cordeliers de 10 h 30 à 20 h 30 (pass dégustation 5 €) puis le 4 août à Saint-Ambroix.
− Le bistrot de la tour, Grand rue, 30610 Sauve, 04 66 53 90 45.