(photos M. Boudot)
(photos M. Boudot)

Retour sur la dernière master class de Lyon Tasting 2019, dédiée aux vins du Mâconnais. L’extrême sud de la Bourgogne s’illustre par une multiplicité de terroirs et de hiérarchisation d’appellations.

Présentée par Rodolphe Wartel, directeur de la publication de Terre de Vins, et animée par Valérie Litaudon, œnologue formateur à l’Université du Vin de Suze-la-Rousse et formateur officiel des Vins de Bourgogne, cette master class fut l’occasion de faire le point sur une certaine complexité et de se familiariser avec les notions propres à la Bourgogne, comme de découvrir des vins parfois éclipsés par leurs prestigieux voisins du nord.

Tour d’horizon de l’aire d’appellation

Dix vins étaient présents à la dégustation pour illustrer la diversité (dans une certaine homogénéité tout de même) des différents terroirs du Mâconnais, et des possibilités d’expression du chardonnay et du gamay en fonction du travail effectué à la vigne et au chai.
De l’impact de l’élevage à celui évident de la nature des sols, en fonction de leur composition et du mariage de l’argile avec soit du calcaire, des silices, de la marne ou des schistes : chaque facteur a son importance et modèle le profil du vin, en plus évidemment de la main du vigneron.
L’un des atouts indéniables de la région est son rapport qualité/prix encore préservé par rapport à ses voisines. Au nord du beaujolais et au sud de la Bourgogne, elle comporte des noms prestigieux mais aussi une particularité bien à elle : c’est la seule région bourguignonne à produire du rouge issu exclusivement du gamay lorsque les vins sont classés en appellation Mâcon, sans dénomination géographique (le pinot noir pouvant entrer dans la composition des AO Mâcons suivi d’une dénomination géographique). Cette prédominance du gamay en terre bourguignonne s’explique par la nature des sols, plus acides que les sols septentrionaux et proches de ceux que l’on retrouve en Beaujolais, et donc favorable à l’expression du gamay.

La hiérarchisation et le positionnement des appellations du Mâconnais

Appréhender la hiérarchisation des vins du Mâconnais permet de se familiariser avec l’ensemble de la hiérarchie qui préside au classement des terroirs bourguignons, pouvant parfois paraître un peu complexe.
Les appellations bourguignonnes se répartissent le long d’une pyramide, en haut de laquelle culminent 33 AO Grand Cru, représentant 1% de la production, et à sa base les appellations régionales, au nombre de 7, mais comptabilisant 53% de la production.
Et au milieu se trouvent les appellations villages, comprenant les premiers crus, et 640 climats différents…
Côté Mâconnais, si certains noms résonnent dans toutes les têtes des amateurs, comme Vergisson, Solutré ou Fuissé, la pyramide se compose de l’appellation Mâcon à sa base, puis de l’appellation Mâcon Villages, et enfin à son sommet de l’appellation Mâcon suivie d’une dénomination géographique, comme par exemple Mâcon-Vinzelles, Mâcon-Vergisson, etc.
La première produit les trois couleurs de vin, la deuxième uniquement du blanc, et la troisième revient aux trois couleurs, sauf pour Fuissé, Loché, Montbellet, Vinzelles, Uchizy, Vergisson, Solutré Pouilly (qui ne produisent que du blanc), et de Serrières (que du rouge et rosé).
La famille des Mâcon avec dénomination géographique en comptabilise 27, dont deux situées bien devant les autres en terme de surface : Mâcon-Lugny et Mâcon-Chardonnay comptent respectivement 475 et 212 hectares chacune, lorsque la troisième atteint les 96 hectares jusqu’à la 27è qui en totalise 7.

Et puis, comme pour tout vin, et a fortiori en monocépage, le millésime et le vigneron viendront compléter les particularités de chaque terroir pour créer une riche palette de profils de vin dans le Mâconnais.