Ci-dessus : Château de Crouseilles (photos ©F.Hermine)
Ci-dessus : Château de Crouseilles (photos ©F.Hermine)

Les appellations Madiran – Pacherenc du Vic-Bilh sont à la peine après l’annulation de leurs portes ouvertes qui se déroulent en novembre depuis près d’une vingtaine d’années. Mais elles ne baissent pas les bras pour autant et entendent miser sur le dopage de l’œnotourisme en 2021.

« Les commandes ont du mal à décoller même en offrant les frais de port, reconnait le président Pascal Savoret. Mais nous essayons d’augmenter la visibilité des domaines en relayant les infos des opérateurs, notamment en matière de drive ou de livraisons gratuites. Il y en a déjà plus d’une quinzaine présents sur le site (madiran-pacherenc.com) et ceux qui remplissent leur fiche peuvent disposer d’une belle vitrine ». Une poignée de producteurs bénéficiaient d’un site début 2020, beaucoup l’ont créé ces derniers mois ou sont en cours. La communication dopée cette année sur internet s’est révélée efficace avec de bons résultats : Madiran est bien remonté en termes de recherches et d’occurrences et Pacherenc a fortement progressé. Ce constat reflète le marché avec des madirans qui se maintiennent sur un marché de rouges en difficulté et le pacherenc qui progresse dans un contexte « sucré » en perte de vitesse. La 19ème vente aux enchères des Barriques d’Or s’est déroulée pour la première fois en virtuel mi-novembre ; elle mettait en lice une quinzaine de lots (la Barrique d’Or achetée par un importateur de Floride a récompensé Anne et Fabrice Latapi qui participaient à l’événement pour la première fois).

L’appellation entend encore monter en puissance sur le web en 2021 avec un changement de community management qui sera suivi par une agence digitale de Pau, Zébrure, en collaboration avec les Côtes-de-Gascogne et Saint-Mont (site, Facebook, Instagram). Depuis un an, la communication a également été renforcée via un nouveau slogan « Vivre le temps du Sud-Ouest » et un logo en spirale, relayés sur tous les supports « pour faire ressortir l’esprit Sud-Ouest et augmenter notre notoriété ».

Reconquérir la clientèle locale

« Si les Portes Ouvertes ont été annulées, tous les caveaux restent ouverts en décembre, insiste Pascal Savoret. Mais il faut reconnaitre que les gens se déplacent peu et on va perdre les touristes qui s’arrêtaient chez nous pour acheter quelques bouteilles en redescendant des stations de ski ou des stations thermales ». La Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées a mis en place plusieurs drives fermiers accessibles aux vignerons, des magasins de producteurs se sont créés à Lourdes, Tarbes, Pau… « mais ça ne compensera pas les ventes en resto, [une bouteille sur quatre], surtout en cette période, et la consommation lors des repas de famille. D’autant que les cavistes de ces grandes villes tournent au ralenti ». Diverses animations et dégustations sont à l’étude pour l’an prochain afin de reconquérir le marché toulousain et d’autres villes régionales comme Pau ou peut-être Biarritz. L’appellation est également partenaire de l’interprofession des vins du Sud-Ouest (IVSO) pour les grands salons comme Wine Paris ou des opérations chez les cavistes et pourrait se rapprocher d’appellations voisines comme Irouléguy et Jurançon afin de monter des actions communes.

Mais en 2021, Madiran et Pacherenc vont surtout miser sur l’œnotourisme avec une nouvelle salle d’accueil pour la Maison des Vins. Les travaux ont pris du retard à cause de la crise sanitaire mais elle devrait être opérationnelle au printemps. Un(e) chargé (e) de communication et d’œnotourisme, en cours de recrutement, aura en charge la réorganisation des équipes et le renouvellement des idées « car l’œnotourisme marche bien dans notre région [20% des ventes]. Preuve en est la forte fréquentation des caveaux cet été malgré l’annulation des fêtes du vin et du festival de jazz de Marciac« . Le réaménagement du château de Crouseilles avec escape game, sentier de randonnée et parcours « sensoriel » a renforcé l’attractivité des environs, tout comme les multiples événements proposés par Alain Brumont (photo ci-dessous), le château de Viella… en espérant la réouverture prochaine du Prieuré, hôtel de luxe et restaurant gastronomique sur la place de Madiran.


Photo : La Tyre-A.Brumont©F.Hermine