(photo JM Brouard)
(photo JM Brouard)

Il y a moins d’une semaine, le groupe de cognac Mounier et Hardy a finalisé le rachat de son château Lamothe-Bergeron, propriété notable du Haut-Médoc, par la CAPSSA, la caisse de prévoyance des agents de la sécurité sociale et assimilés.

Dire qu’il y a actuellement beaucoup de propriétés sur le marché à Bordeaux est un secret de polichinelle. Depuis plusieurs mois, Laurent Mery, le Directeur Général du château Lamothe-Bergeron mis en vente, avait étudié différents dossiers d’acheteurs potentiels. “Sur les 5/6 propositions reçues, nous avons décidé de n’en garder que 3 dans un premier temps. Celle de la CAPSSA, dont le projet était le plus intéressant, celle d’un très grand groupe chinois producteur de baijiu, et celle d’un milliardaire hollandais ayant fait fortune dans les meubles de cuisine”, explique-t-il. En dépit d’une offre plus intéressante, c’est finalement l’offre de la CAPSSA qui a été retenue. A la propriété, le plaisir de voir le château rester entre des mains françaises est à peine dissimulé. Comme souvent, le montant de la transaction est tenu secret.

Un directeur maintenu, des projets à mettre en œuvre

La CAPSSA et son Directeur Général M. Mottura, ont décidé de conserver à son poste Laurent Mery, gage de la volonté du nouvel acquéreur de ne pas faire table rase du passé. Bien au contraire, il s’agira dans les prochains mois de continuer tous les efforts qui avaient été entrepris depuis 10 ans (date du précédent rachat). A titre d’exemple, si 11 hectares avaient ainsi été replantés, ce sont 2 hectares supplémentaires qui le seront mais cette fois-ci avec des cépages blancs. La création d’un vin blanc au domaine est en effet l’un des points clé de la nouvelle feuille de route de Laurent Mery.

Ce dernier a également reçu un accord de principe de la CAPSSA pour mettre en œuvre le projet de création d’un restaurant sur la propriété. Ce projet était dans les cartons depuis quelques temps et devrait donc voir rapidement le jour. Le restaurant devrait selon toute vraisemblance se trouver à l’arrière du château et sa gérance devrait être confiée à un acteur s’occupant déjà d’établissements similaires ouverts au public dans le vignoble bordelais.