(photo Thierry Martrou)
(photo Thierry Martrou)

Situé au cœur du Berry, entre Bourges et Sancerre, sur la rive gauche de la Loire, le vignoble de Menetou-Salon jouit de l’appellation contrôlée depuis 1959. Pour célébrer ses 60 ans, villes, caves et vignobles s’animent pour un festival convivial du 2 au 4 août.

C’est un dénommé Sarlon Le Riche qui donna son nom à Menetou-Salon. Vers l’an 1100, il fit don de vignes situées au “Clos de Davet”, avec leurs vignerons, à l’abbaye de Saint-Sulpice-lès-Bourges avant de partir en croisade pour Jérusalem. Au 15e siècle, le vignoble de Menetou fut acheté 8 000 livres tournoi par Jacques Cœur. On dit même que lorsque Agnès Sorel, la belle favorite du roi Charles VII, appréciait les charmes du vin de son « Clos de la Dame ». Les vins de Menetou restèrent longtemps des vins locaux, parfois distillés pour être expédiés vers le nord. Ils subirent bien sûr la triste époque du phylloxéra, avant de reprendre vie, après replantation en divers cépages, dont sauvignon, chasselas et muscadelle. Aujourd’hui, c’est le sauvignon qui est resté pour les blancs, accompagné de pinot noir pour les rouges et les rosés.

Jadis « Coteaux du Sancerrois »

En 1919, une loi permettait aux vignerons de Menetou-Salon d’étiqueter leurs bouteilles en « Coteaux du Sancerrois ». Avec la création en 1935 de l’INAO, Institut national des appellations d’origine, les choses devaient changer. Le Berry obtint les premières AOC, QuIncy et Sancerre blanc dès 1936, en même temps que Châteauneuf-du-Pape et Château-Chalon, puis Reuilly blanc, Pouilly-Fumé et Pouilly-sur-Loire en 1937. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, trois vins du Centre-Loire sont réellement connus à Paris : Quincy est le vin que l’on sert à table dans les restaurants, Sancerre est un vin de comptoir, Pouilly-Fumé le vin qu’on l’on ramène des vacances puisque la commune de Pouilly est traversée par la Nationale 7. Menetou-Salon est résolument tourné vers le marché local et la ville de Bourges toute proche.

Dès 1949, une demande officielle d’AOC

Le nom de « Coteaux du Sancerrois » est proposé en 1949 par Armand Cormont, régisseur du château de Menetou-Salon, auprès de l’ INAO. C’est un refus catégorique des vignerons de Sancerre. En 1955, une nouvelle demande vise à obtenir l’extension de l’AOC Sancerre sur Menetou-Salon, que les Sancerrois refusent tout autant. Est alors envisagée une AOC propre à Menetou-Salon, du nom de la commune porte drapeau du vignoble, avec un argument fort à l’époque : une dégustation obligatoire avant la commercialisation des vins. Par décret du 23 janvier 1959, l’Appellation d’Origine Contrôlée. A l’époque, il y avait 800 vignerons pour une surface de 350 ha. Aujourd’hui le vignoble couvre 586 ha sur les marnes kimmeridgiennes de dix communes. Mais beaucoup moins de vignerons !

Festival d’orgues de Barbarie et autre festivités

Pour célébrer leur anniversaire, les vignerons de Menetou-Salon ouvrent grand leurs caves pour transmettre la passion qui les anime et faire déguster des vins conçus dans le respect de leur terroir. Visites de vignes, rencontres avec les vignerons, dégustation dans les caves, balades en calèche et restauration, les villes de Morogues et Menetou-Salon seront animées du vendredi 2 août jusqu’au dimanche 4 août. Avec l’Association des Amis du Haut-Berry, ils programment en outre un festival d’orgues de Barbarie, qui apportera une dimension encore plus joyeuse aux festivités. Un artiste tourneur d’orgue de Barbarie sera présent dans chacun des domaines participants et proposera au public des mini concerts. Le programme complet des réjouissances se trouve sur le site Berry-Province.