Chaque jour jusqu’à la fin du mois d’août, retrouvez un itinéraire dans le vignoble français : de bonnes adresses sélectionnées par l’équipe de « Terre de Vins » à l’occasion du hors-série Œnotourisme paru en avril 2019. 38ème étape : en route pour le Beaujolais.

Espace Pierres Folles
L’an dernier, le territoire du Beaujolais a été désigné « UNESCO Global Geopark ». Une labellisation qui encourage la préservation, l’éducation et le tourisme dans des sites emblématiques. Mieux qu’un voyage dans le temps, une visite à l’espace Pierre Folles est l’assurance de plonger au cœur des terroirs de la région des Pierres Dorées. Ses différents étages évoquent les strates de roches qui ont sédimenté dans la région tandis qu’un sentier géologique offre une rétrospective grandeur nature de cette histoire. Des ateliers permettent également aux visiteurs de chercher eux-mêmes des fossiles sur une plate-forme de fouille située à proximité du musée. Les terres fossilifères proviennent d’une carrière toute proche. À l’aide d’outils appropriés, ils dégagent et nettoient leurs trouvailles. Les amoureux de botanique seront eux aussi comblés : un jardin s’étend sur près de 8 500 m2. Il est également le lieu d’ateliers de découverte de la flore locale.
Espace Pierres Folles – 69380 Saint-Jean-des-Vignes
04 78 43 69 20 – www.espace-pierres-folles.com

Vignerons des Pierres Dorées
Une virée dans le Beaujolais, c’est l’occasion inratable de découvrir Le Bois d’Oingt. Le village médiéval, dominant la vallée de l’Azergues et appartenant au Pays des Pierres Dorées, est l’un des plus beaux villages de France. Cette partie du vignoble du Beaujolais a la chance de compter sur l’une des caves coopératives les plus dynamiques de la région. Créée en 1961, la Cave Beaujolaise du Bois-d’Oingt a été rebaptisée récemment Vignerons des Pierres Dorées. Elle regroupe depuis 2010 trois coopératives (Le Bois-d’Oingt, Saint-Vérand et Saint-Laurent-d’Oingt) et dispose d’environ 500 hectares de vignoble. La Cave travaille depuis 2016 à mettre en valeur la diversité de terroirs à sa disposition. Ainsi est né avec le millésime 2017 une nouvelle gamme : Les Pépites. Trois beaujolais, Gravette, Pierre Bleue et Schistes, issues de gamays de 15 à 90 ans dont les noms sont, on l’aura compris, représentatifs des types de sols et sous-sols sur lesquels s’épanouissent les vignes. De jolis vins, gourmands, fruités mais aussi consistants et qui restent accessibles (7,50 €). Décidément inratable. Le caveau de vente est ouvert tous les jours à partir du 1er mai et jusqu’au 31 décembre (fermé le lundi en dehors de ces dates).
Vignerons des Pierre Dorées – 69620 Saint-Vérand – 04 74 71 62 81

Château de Buffavent
Denis et Marie-Agnès Chilliet sont depuis une dizaine d’années à la tête d’une propriété de caractère, dont l’origine remonte au XVIe siècle. Viticulteurs depuis plus de 25 ans, ils exploitent aussi une vingtaine d’hectares de vignes. Leurs vins, issus de gamay bien-sûr, mais aussi de chardonnay, de viognier, de pinot noir ou encore de gamaret, s’expriment avec beaucoup de caractère. Les Chilliet proposent de venir goûter au charme des lieux (chambres et table d’hôtes) et de partager leur savoir avec convivialité. Visite commentée des vignes et de la cave sur rendez-vous.
Château de Buffavent – 69640 Denicé
09 52 78 50 50 – www.buffavent.com

Domaine du Tane
Au milieu des années 2000, Jacques Genetier reprend le domaine de sa belle-famille à Saint-Étienne-des-Oullières. Un parcours qu’il n’avait pas prévu : il était alors formateur en logiciels d’ingénierie. Après une formation pour adulte, le néo-vigneron fera ses débuts avec un joli millésime : 2005. Avec son épouse Cécile, Jacques Genetier est en charge d’une douzaine d’hectares sur les appellations Beaujolais-Villages, Brouilly, Côteaux-bourguignons et produit également une gamme de trois effervescents. Certains de ses ceps de gamay sont de très vieilles vignes (plus de cent ans) et, à la cave, il opte pour des vinifications semi-carboniques traditionnelles du beaujolais. Les visiteurs sont accueillis dans un petit caveau et de belles caves voûtées où se tiennent des soirées musicales, soirée beaujolais nouveau ou des « dîners beaujolais » agrémentés de spécialités locales. Deux formules sont proposées : visite des chais et dégustation de cinq vins (5 €) ou « dégustation-mâchon », découverte de 5 vins au cours d’un mâchon beaujolais (assiette de charcuterie, fromages).
Domaine du Tane – 69460 Saint-Étienne-des-Oullières
04 74 03 40 34 – www.domainedutane.fr

Domaine du Barvy
Avec pour diplôme un BTS de secrétariat de direction, la reprise du domaine viticole n’était pas une évidence pour Dominique Bouillard. C’est pourtant le choix qu’elle a fait au décès de son mari en 2003. Elle se forme et se prend de passion pour ses vignes. Situé au pied du mont-Brouilly, le domaine compte 6 hectares (AOC Brouilly, Côte-de-Brouilly et Beaujolais-Villages) et produit également un effervescent doux, baptisé Les Bulles des frangines. Elle propose une visite de la cuverie suivie de la dégustation de trois vins du domaine. Elle gère également un gîte rural attenant aux vignes (capacité de 7 à 11 personnes).
Domaine du Barvy – 69460 Odenas
04 74 03 40 30 – www.domaine-du-barvy.com

Carnet pratique

Incontournable

Le Hameau du vin
Précurseur de l’œnotourisme, Georges Dubœuf a créé le premier œnoparc en 1993 : le Hameau du vin. Le monde de la vigne et du vin s’ouvrait alors au grand public à travers l’histoire du Beaujolais. Un succès qui appelait une suite : ce sera la création du Hameau Dubœuf, réparti sur quatre sites. En plus du musée (3 000 objets de collections et 500 affiches sur le vin), les visiteurs peuvent « voyager » parmi bon nombre de spectacles audiovisuels : un théâtre d’automates, des hologrammes, un cinéma 3D, des jeux, des animations interactives et un parcours des cinq sens. Ouvert tous les jours, le Hameau Dubœuf est la référence de l’accueil en Beaujolais.
71570 Romanèche-Thorins – 03 85 35 22 22 – www.hameauduvin.com

Bien déguster

Cellier de la vieille église Juliénas
Au centre du village de Juliénas, une vieille église désaffectée depuis 1868 est aujourd’hui dédiée à Bacchus… L’association des producteurs du cru y fait déguster une large gamme de vins de l’appellation au verre. Particularité du lieu, prêté par la maison Jean Loron, il devient un chai de vinification au moment des vendanges. On y trouve des films et expositions photos. Vente d’articles d’œnologie et textile (verre, tablier, tire-bouchon, T-shirt, chemise, casquette). Mâchon sur réservation.
Ouvert tous les jours de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 18 h (du 1er mai au 30 septembre). Fermé le mardi le reste de l’année.
69840 Juliénas – 04 74 04 42 98

Bien manger

L’Étape cavalière
Une auberge familiale et de bons produits locaux, cuisinés sous toutes leurs formes. Le lieu propose aussi gîtes, espace bien-être, poney-club dans un cadre entre vignes et forêts, pour des regroupements en famille ou entre amis, des stages culturels, pour une étape ou un séjour, à cheval, à pied, en quad ou VTT. Menu du jour à 17 € et menu enfant à 10 €.
69430 Beaujeu – 04 74 69 53 31 – www.etape-cavaliere.com

Au 14 février
Une table gastronomique (2 macarons Michelin) menée par le chef japonais Masafumi Hamano depuis 2013. Il parvient à marier les standards de la gastronomie française avec les subtilités de la cuisine japonaise. Du grand art. À ne pas manquer par les amoureux de la grande cuisine, complexe et généreuse. Menus de 65 à 120 €.
71570 Saint-Amour-Bellevue – 03 85 37 11 45 – au14fevrier.com