©F. Hermine
©F. Hermine

L’Union de la Sommellerie Française (UDSF) présidée par Philippe Faure-Brac a organisé aujourd’hui à l’hôtel Pullman la sélection pour désigner, parmi les 6 sommeliers français, le candidat pour représenter la France au Concours ASI du Meilleur Sommelier du Monde.

Et le représentant de la France pour le prochain concours mondial du meilleur sommelier… sera une représentante. Pascaline Lepeltier a été élue après une journée d’épreuves à l’hôtel Pullmann de Montparnasse à Paris, non pas à la surprise générale mais à la grande surprise de l’intéressée. « Je ne m’y attendais pas du tout, a-t-elle bredouillé devant l’assemblée de sommeliers. Je pensais au mieux à la place de suppléante. Je vais en tout cas tout faire pour que la profession qui bénéficie de sommeliers exceptionnels soit fière de moi et faire comprendre aux jeunes qu’on fait un super métier. »

Pascaline, qui rouvre un restaurant dans un mois et demi à New York et qui doit sortir un livre sur le vin en mai, compte beaucoup sur une « dream team » de confrères pour l’aider à préparer le concours suprême. Ce que lui ont déjà proposé les cinq autres candidats. Benjamin Roffet, qui remporte le titre de suppléant et qui a déjà épaulé David Biraud pour accéder à la plus haute marche, Dominique Laporte, le seul à avoir déjà atteint en 2004 une finale internationale, Gaétan Bouvier, Manuel Peyrondet et Florent Martin, qui a rappelé à quel point l’équipe avait été « impressionnée par ce petit bout de bonne femme avec tellement de force ».

©F. Hermine

Les délibérations se sont éternisées jusqu’en début de soirée. David Biraud, qui présidait le jury, a rappelé qu’avaient été retenues plusieurs thématiques, telles « la connaissance théorique et technique de haut niveau, la bonne maîtrise de l’anglais, la rapidité d’exécution, l’adaptabilité du travail entre la console et le brouhaha en salle, la bienveillance, l’esprit d’analyse et la compréhension des consignes ». Beaucoup de théories et de dégustations le matin avant les épreuves de service et pas moins de sept ateliers « qui se sont enchaînés comme des sets de tennis et pour lesquels il ne fallait jamais baisser les bras et savoir gérer son stress » a insisté David Biraud. Prochaine étape après cette journée éprouvante, la Team France va encadrer Pascaline pendant près d’un an à un rythme effréné pour arriver à la finale du Concours mondial du 7 au 12 février 2023 à Paris.