(photo Mamie Boude_Cité du Vin_XTU architects)
(photo Mamie Boude_Cité du Vin_XTU architects)

Actuellement fermé du fait des restrictions sanitaires, ce lieu emblématique de Bordeaux n’est pas pour autant à l’arrêt. A l’approche de son cinquième anniversaire, en juin prochain, la Cité en profite pour faire évoluer son offre, physique comme numérique.

Plutôt que de ressasser cette année 2020 cataclysmique pour le secteur du tourisme, les équipes de la Cité du Vin préfèrent tourner un regard résolument optimiste et créatif vers ce nouveau millésime qui débute. Pour sans cesse surprendre, instruire et charmer ses visiteurs, elle fait évoluer ses espaces et contenus, du parcours permanent à la programmation culturelle, en passant par les outils numériques. Pour rester en phase avec les attentes sociétales, « afin de faire de Bordeaux une vraie destination de tourisme durable », elle prépare également l’obtention de la certification « NF environnement » pour les sites de visite, dans le sillage de la démarche initiée par l’Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole avec neuf autres villes françaises.

Le parcours permanent en mouvement

Centre névralgique de l’offre de la Cité du Vin avec ses 3000 m² et ses dix-neuf modules interactifs, l’impressionnant parcours permanent va connaître plusieurs changements, afin de proposer une expérience encore améliorée au visiteur. A commencer par ses contenus, avec un remplacement cette année des deux modules « Bacchus et Vénus » et « Le vin divin » par de nouvelles thématiques. Avec une révision progressive au fil des ans, l’ensemble du parcours devrait être entièrement renouvelé d’ici à 2026. Les équipes de la Cité ont également mis à profit la fermeture pour retravailler l’ambiance sonore. Jusqu’alors, les visiteurs se voyaient remettre en début de parcours un « compagnon de visite », mini-boîtier numérique rappelant un smartphone, et permettant de déclencher les contenus audio et vidéo en huit langues au choix. « Poussés par la crise sanitaire et les problématiques qu’elle a engendrées, on a décidé de le remplacer par une application smartphone dédiée, que les visiteurs pourront avoir directement sur leur smartphone », expose Solène Jaboulet, directrice marketing et communication. A l’instar de son prédécesseur, cette application déclenchera les modules et donnera les indications utiles dans la langue souhaitée, mais sera également dotée de fonctionnalités supplémentaires. L’utilisateur pourra ainsi concevoir son parcours personnalisé en fonction de ses attentes et de son profil (mobilité, durée de visite…) Au fil de son expérience, s’il souhaite approfondir une thématique, il lui suffira de rechercher sur l’application par mots-clés, afin de trouver les modules en lien.
Pour améliorer l’information et l’orientation au sein du parcours permanent, la signalétique est elle aussi repensée.

Des ateliers reformatés

Plébiscités par le public local, les ateliers afterwork en soirée se déclineront avec de nouvelles thématiques. « Les Bordelais étant très gourmands, après les formats vins et fromage, chocolat, caviar, on proposera plus avec des choses à manger », annonce Solène Jaboulet. Au menu : des ateliers mets locaux & vins du monde, renouvelés mensuellement, ou encore un atelier monocépages. En journée, les ateliers jusqu’alors disponibles en français ou en anglais deviendront multilingues grâce à une application dédiée permettant de les suivre dans la langue souhaitée.


Ci-dessus : Solène Jaboulet (photo Anaka)

La part belle au digital

« Pour l’instant, nous sommes contraints au format numérique pour nos événements, mais dès la réouverture, ils reprendront dans l’auditorium Thomas Jefferson, et on essaiera de faire suivre chacun d’eux de la dégustation verre de vin », assure Solène Jaboulet. Après un premier rendez-vous en 2020 consacré aux paradoxes et vérités qui entourent la consommation d’alcool, la 2ème édition des rencontres « Vin et Santé » se tiendra en ligne le samedi 30 janvier, de 10h à 17h. Cette nouvelle journée de conférences réunira médecins, chercheurs, sociologues ou encore éducateurs pour débattre de la place de l’alcool dans la société (événement gratuit, sur inscription). Tous les rendez-vous se tenant dans l’auditorium seront diffusés en direct sur le site web, refondu fin mars-début avril, qui « fera la part belle à la vidéo, à une logique numérique et immersive, pour faire réaliser aux gens qui le consultent avant de venir sur place que la Cité n’est pas un musée classique », explique Solène Jaboulet.

Avec les confinements successifs, la médiathèque numérique, auparavant essentiellement dédiée à la rediffusion d’événements en ligne, a pris une place centrale. Elle est encore appelée à se développer, alimentée à la fois par des contenus créés par la Cité, tels que des replays d’événements, extraits du parcours permanent ou podcasts, et par des documentaires, émissions ou podcasts produits par d’autres acteurs. Avec ces évolutions, l’ambition affichée est de « créer une sorte de ‘Netflix du vin’, pour donner l’accès le plus large possible à la culture du vin et de ses civilisations, jour et nuit, même à l’autre bout du monde ou confinés.’ Ce site permettra aussi avec simplicité et fluidité de réserver ses billets en avance, afin d’éviter les files d’attente sur place.
Au retour des beaux jours, les jardins et la terrasse de la Cité du Vin accueilleront les Bordelais en soirée et en plein air, et des événements seront programmés, par exemple, des soirées musicales.

A venir en présentiel

Initialement prévue pour 2020, une nouvelle exposition temporaire prendra place entre les murs de la Cité du 9 avril au 29 août 2021. Intitulée « Boire avec les dieux », elle mettra à l’honneur la mythologie. Elle mêlera une partie antique, grâce à des pièces prêtées par le Louvre, le Musée archéologique d’Athènes, la Fondation Gandur pour l’Art, et une partie contemporaine avec des œuvres monumentales imaginées par trois artistes urbains. Pour compléter cet univers, le slameur Maras a enregistré quatre versions poétiques de mythes autour de Dionysos, dont certains seront également à disposition sur la médiathèque en ligne. « Cette exposition devrait plaire à tout le monde, prédit Solène Jaboulet, y compris aux enfants qui aiment mythologie en général. » Dans le viseur également, à venir pour 2023, une nouvelle forme d’exposition temporaire avec la création d’un parcours immersif de dégustation.

La 6e édition du traditionnel dîner de gala de la Cité, alliant cuisine gastronomique, vins du monde et animations culturelles, qui devait se tenir le 25 février 2021 sous la houlette du chef étoilé Jérôme Schilling (Restaurant Lalique* au Château Lafaurie-Peyraguey), est reporté à janvier 2022. Cet événement est l’occasion pour les mécènes de la Cité du Vin et entreprises de la région d’offrir à leurs collaborateurs ou à leurs clients une soirée unique, en soutenant les actions de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin.

Une boutique réaménagée

Passage incontournable avant de quitter la Cité, la boutique située au rez-de-chaussée, va changer de visage grâce à la collaboration avec l’agence Dragon rouge. « Le mobilier sera plus bas, pour faciliter la vision d’ensemble, avec une présentation par univers, pour favoriser la visibilité de l’offre et encore plus producteurs locaux. » Un projet de boutique en ligne est également à l’étude.

www.laciteduvin.com