Océane (25 ans) et Corentin Prophète (23 ans) ont décidé de reprendre l’exploitation familiale, 10 hectares dans les coteaux du Sézannais. Néo-vignerons, toujours connectés, ils font partie de cette génération qui tentent de bousculer les codes du champagne.

En pleine crise sanitaire, après deux ans et demi de travail sur ce projet de lancement, Océane, la sœur aînée, diplômée d’un Master en droit du vin et spiritueux, chargée des relations vignobles d’une grande coopérative de Champagne et Corentin, le frère, BPREA (Brevet Professionnel Responsable d’Exploitation Agricole) en poche nécessaire pour reprendre un domaine viticole, se sont lancés en surfant sur le message impulsé par le SGV (Syndicat Général des Vignerons) de Champagne. Une injonction martelée depuis 2018, insérée dans la grande campagne de communication du syndicat, qui permet d’associer les bulles à des mets du quotidien et d’en faire une boisson “réservée à toutes les occasions”.

Génération du cool 2.0

Malgré les difficultés de la période actuelle et les investissements nécessaires à la reprise d’une exploitation viticole (ils viennent d’inaugurer leur premier centre de pressurage à la dernière vendange), le duo qui se partage les tâches – Corentin la semaine pour les travaux de la vigne, Océane le week-end et le soir pour la commercialisation et la communication – reste convaincu que la meilleure façon de vendre leur nouvelle identité passe par la “désacralisation” de la boisson préférée des tablées de fêtes (limitées cette année). Pour parfaire le message d’un champagne plus souple, plus “cool”, le duo a misé sur des éléments de communication distinctifs. “Nous n’avons pas de frein, nous partons de zéro”, assène Corentin.

Dans cette prophétie du “cool” à laquelle adhèrent les millennials, il y a d’abord le logo, élément central du discours. Un logo suggérant une main dont le pouce, l’index et le majeur se rejoignent, copie de l’émoticône des smartphones et du geste utilisé par les plongeurs signifiant que tout va bien. Ce logo permet à nos jeunes récoltants-coopérateurs de dévoiler 4 cuvées – vieilles vignes, brut, rosé, blanc de blancs – et un ratafia champenois, tous faisant la promesse d’être faciles à boire.

Toujours dans le vocable du champagne décontracté, la particule & Co semble s’échapper de son sens premier. Ainsi l’on peut lire que “Co” s’associe davantage avec communauté, connecté, cocorico (packaging, étiquetage 100% local) et plus simplement aux initiales des deux protagonistes, autant d’association de mots clefs qui marquent l’intention d’Océane et Corentin de s’affranchir des carcans du modèle champenois traditionnel.

Enfin, en accord avec le message initial, les bouteilles affublées de la main du “Ok” sont visibles sur les réseaux sociaux, Facebook, Instragram, plateformes préférées des 18-35 ans, et bientôt sur la boutique en ligne du site encore en construction des néo-vignerons. “On s’adresse à un public jeune, ce sont eux les consommateurs de demain”, affirme Corentin sans pour autant fermer la porte à d’autres voies à l’avenir.

“Brut” à partir de 23€