Avec le lancement de la marque “Iconic Winemakers”, les deux consultants emblématiques associent leur image et leur savoir-faire pour soutenir les vins de Bordeaux. Deux premières cuvées ont vu le jour, accompagnées d’une boutique dédiée – le tout rehaussé de réalité augmentée.

Ce sont deux fortes personnalités du vignoble bordelais, deux hommes qui cristallisent aussi beaucoup de préjugés – le premier d’entre eux consistant à les opposer. Michel Rolland et Stéphane Derenoncourt, consultants emblématiques accompagnant de prestigieuses (et moins prestigieuses, nous allons y revenir) propriétés du monde entier, ont décidé d’associer leur image et leur savoir-faire sous la bannière “Iconic Winemakers”. Une idée née de l’esprit du gendre de Michel Rolland, l’entrepreneur Anthony Chicheportiche, qui est notamment le co-fondateur de la start-up SmartBottle s’appuyant sur la technologie de la réalité augmentée.

Dans un contexte de crise mondiale qui n’épargne aucun secteur, en particulier celui du vin, et qui a occasionné son lot de coups durs à une filière bordelaise déjà malmenée, l’idée “Iconic Winemakers” s’est bâtie sur un concept simple : associer la notoriété de ces deux consultants “stars” pour la mettre au service de Bordeaux – l’appellation, la “marque” Bordeaux – et redonner envie aux consommateurs d’ouvrir des bouteilles de bordeaux en toute simplicité, grâce à un produit de qualité, astucieusement marketé, accessible en prix et doté d’une petite originalité en plus. “Nous avons tous à cœur de défendre Bordeaux, et de prouver que les vins de Bordeaux ne sont pas forcément luxueux, hors de prix, trop extraits, trop boisés, comme beaucoup le croient encore, mais peuvent être faciles à boire et disponibles pour tous les budgets”, explique Stéphane Derenoncourt. Michel Rolland approuve : “il est important de montrer qu’il n’y a pas qu’une seule vérité à Bordeaux. Certes, il y a les grands crus, les châteaux prestigieux, mais il y a aussi des ‘petits vins’ avec une belle identité, qui méritent d’être redécouverts, re-dégustés, qui se boivent avec plaisir. Il y a une réelle diversité dans la qualité.”

Pour produire les deux premières cuvées sous leur marque commune, les deux hommes ont sourcé la matière première auprès de propriétés qu’ils suivent déjà en tant que consultants, sur de jolis terroirs qui ne sont pas forcément les plus valorisés, rive droite ou dans l’Entre-Deux-Mers. Il en résulte, côté Rolland, un bordeaux 2018, assemblage 80% merlot 20% cabernet franc, tout en rondeur, en gourmandise et en souplesse ; et côté Derenoncourt, un bordeaux 2019, 50% merlot 50% cabernet franc, plutôt droit, élancé, frais et sapide. Deux styles, deux approches, pour un même prix consommateur : 10 euros. Chaque bouteille est produite à 12 000 unités.

Côté distribution, le lancement de la marque s’est doublé ce 14 janvier de l’ouverture d’une boutique à Bordeaux, proposant à la vente les vins “Iconic Winemakers” mais aussi ceux des propriétés familiales des deux consultants (Château Fontenil à Fronsac pour la famille Rolland, Domaine de l’A à Castillon pour la famille Derenoncourt) et, à terme, un coin “pop-up” mettant en avant de façon régulière des propriétés suivies par les deux hommes. Outre cet espace vitrine (qui pourrait se décliner dans d’autres villes), un site e-commerce doit être rapidement mis en ligne, et des opportunités d’export devraient prochainement voir le jour.

Toute cette partie stratégique est pilotée principalement par Anthony Chicheportiche qui, cerise sur le gâteau, a apporté sur les bouteilles sa technologie de réalité augmentée développée via SmartBottle : en scannant l’étiquette avec son smartphone, on voit Stéphane Derenoncourt ou Michel Rolland s’animer pour expliquer l’origine et la particularité de la cuvée. Une originalité qui a donné leur nom aux deux cuvées, “Tell Me”, et qui devrait en effet faire parler. C’est l’effet recherché : “avec un tel produit et un tel positionnement, on espère bien que ça va faire parler, et faire bouger les lignes d’un Bordeaux Bashing qui persiste encore”, souligne Stéphane Derenoncourt. Et Michel Rolland de conclure, avec son éternel franc parler : “c’est sûr que le fait de nous associer va en surprendre quelques-uns, et si ça peut les em***der un peu, ce n’est pas pour nous déplaire”.

www.iconicwinemakers.com
31, rue du Château d’Eau
33000 Bordeaux