Depuis l’inscription des paysages, coteaux et maisons de Champagne par l’Unesco en 2015, tout bouge en Champagne. Les offres œnotouristiques pullulent, on peut désormais dormir partout (chalet, roulotte, cabane perchée dans les bois, kotas – des gîtes finlandais…) pourvu que se dessine en toile de fond les vignes. L’écologie, sujet du moment et de tous les instants, qui s’affiche dans la quasi-totalité des vignobles, se fraie petit à petit un chemin dans l’offre d’hébergement disponible en Champagne.

Les cottages dans les vignes, ces chalets en bois sur pilotis, Delphine-Antoinette Maximy alias “Antoinette” en rêvait depuis quelques années déjà. En 2013, cette fille de vignerons d’Oger (Côte des Blancs) a jeté son dévolu sur un monticule de terre. Depuis sont nés 3 “cottages” en bois. Une ambition à la hauteur du personnage, un projet un peu “fou”, disait-on alors.

Slow Tourism*

Aux côtés de Marco, son compagnon, Antoinette use de son hyper (ultra) dynamisme pour faire vivre ce projet insolite. Subventionnées à hauteur de 40 000 € par le département et 30 000 € par la région Grand-Est (pour le caractère insolite et écologique de l’hébergement), ces petites maisons de bois design et tout confort font déjà l’unanimité auprès de ses premiers clients – les cottages Antoinette sont réservés depuis le 30 mai 2019. “Nous accueillons principalement des étrangers à 95%, pour le reste notre clientèle est plutôt jeune, à l’affût des nouvelles tendances en matière d’hébergement et surtout très largement préoccupé par l’aspect écologique de nos cottages”. Peu surprenant quand on sait que selon une étude TNS-SOFRES (2017), 73% des millennials se disent prêts à payer plus pour une destination dite « écologique ».

Consommation responsable, œnotourisme responsable

Ces cottages au nombre de 3, tous avec vue sur les vignes, ont une superficie de 40m2 dotés d’une terrasse de 25m2. Un projet HQE (pour Haute Qualité Environnementale) qui permet notamment de stocker 52 tonnes de carbone pour lutter contre l’effet de serre.
Pour le reste, tout a été confié aux artisans du coin (enduit, vernis, huile…) ces cottages “made in Montagne de Reims” peuvent accueillir 2 à 4 personnes et bénéficient de tous les équipements modernes (TV, tablette et enceinte Bluetooth, wifi…), une chambre en mezzanine, un coin salon et une grande douche à l’italienne. Un retour à la nature, version grand luxe.
Sur place, petit-déjeuner (en supplément), panier repas préparé par Antoinette et une carte des vins et champagnes dans laquelle piocher quelques bulles (de la Montagne de Reims).
Aujourd’hui, comme Antoinette, 17% des professionnels de l’hébergement (toutes catégories confondues) en France s’engagent dans le respect de l’environnement (sondage CasdenMag et Harris Interactive 2017).

A partir de 150€/nuit
Les Cottages Antoinette à Chigny-les-Roses – plus d’infos : www.cottagesantoinette.com


*Le slow tourisme (slow tourism en anglais) est un concept de voyage qui s’inspire du slow food, un mouvement incitant la population à réapprendre à manger et à redécouvrir les plaisirs de la table pour faire face à la surconsommation.
Il s’agit de prendre le temps de découvrir une destination, d’apprécier les paysages, en privilégiant notamment des destinations proches et des moyens de transports moins polluants. C’est aussi le cas pour les hébergements où l’on parle aussi d’eco-tourisme ou tourisme vert.

GROS PLAN

APPEL A PROJET OENOTOURISME LAB

Pour la première fois, l’Œnotourisme Lab lance son appel à projet.
Celui-ci a pour objectif d’offrir un accompagnement personnalisé à des porteurs d’idées innovantes dans le domaine de l’œnotourisme.
La date de clôture est le 2 septembre 2019 à minuit. Les projets sélectionnés seront présentés lors du VITEFF à Épernay du 15 au 18 octobre 2019.
Modalités et inscriptions : www.oenotourismelab.com