(photos I. Bachelard)
(photos I. Bachelard)

Bel accueil pour Le Nouvel Ancrage, une rencontre professionnelle au château de la Frémoire, le fief des Vins de Nantes au cœur des vignes de Vertou en Muscadet. Une première qui a trouvé son public de cavistes, restaurateurs et sommeliers.

Au terme d’une année compliquée, alors que les vendanges venaient de se terminer – juste avant que le déluge ne tombe sur Nantes aux premiers jours d’octobre – les vignerons de Nantes ont ouvert les portes de leur maison aux professionnels du Grand Ouest. Plus de 200 cavistes, sommeliers, restaurateurs, mais aussi des élèves et stagiaires en sommellerie ont répondu à l’invitation du « Nouvel Ancrage ». L’idée était de présenter la diversité des vins de Nantes, les terroirs de Muscadet, les dix crus communaux, ainsi que les Coteaux d’Ancenis, tels qu’ils se définissent aujourd’hui, loin de l’image ancienne d’un petit vin de comptoir. Une salle était réservée à des dégustations commentées par des professionnels convaincus, tels Nicolas Barbou, sommelier-caviste à Paimboeuf, Richard Baussay ou Véronique François, sommelière du restaurant Les chants d’Avril à Nantes : bien utile pour les étudiants et novices. Enfin une belle place était donnée à l’association des jeunes vignerons, « fils de » ou nouveaux installés, qui témoignait de l’unité et de la solidarité qui semble désormais définir la viticulture nantaise.

De la terre au verre

Pour les visiteurs, la journée a commencé par un détour dans les vignes situées au bout du parc de La Frémoire. Romain Mayet, ingénieur à la Fédération des Vins de Nantes, leur a présenté la géologie du vignoble. Des échantillons de roches de chaque cru permettait de visualiser les différents terroirs et de comprendre leur influence sur les vins. Dans le château et ses annexes, les vins des derniers millésimes étaient présentés, mais aussi une excellente série allant de 2003 à 2017, prouvant à quel point le cépage melon de bourgogne, élevé 15 ou 30 mois sur lies fines, peut continuer à se magnifier en bouteille. Les vignerons des dix crus communaux ont présenté une sélection de trois vins par cru, une occasion de comparer et de comprendre les différents terroirs. Pour Jo Landron, vigneron à La Haye-Fouassière – un des trois derniers crus à entrer en lice avec Champtoceaux et Vallet – cette présence collective est « l’aboutissement de quelque-chose que l’on a construit, mûri en conscience de vignerons depuis plusieurs dizaines d’années. Nous ne pouvons communiquer que sur quelque chose qui existe et aujourd’hui nous avons la matière, les millésimes, les identités minérales de chaque terroir. Il est grand temps de communiquer d’une manière très ouverte et avec assurance. »

Un ancrage dans les terroirs

La Fédération des vins de Nantes est fidèle à sa communication axée sur la marine, les rayures, la couleur bleu marine. Le terme nouvel « ancrage » lui convient bien pour évoquer le renouveau du vignoble. L’objectif de cette journée n’était pas directement commercial, mais l’ambition de conquérir des prescripteurs locaux semble atteint et réjouit les organisateurs. « Nous avons eu beaucoup de plaisir à nous retrouver entre vignerons et ambassadeurs. Le Nouvel Ancrage est une façon de mettre en scène ce qui se fait de nouveau dans le Muscadet, les jeunes vignerons, les crus et d’apporter de la connaissance. Nous avons vu beaucoup de nouveaux ambassadeurs pour les Vins de Nantes, de jeunes sommeliers, de cavistes qui repartent convaincus de la qualité des vins et qui ont envie de les défendre », note François Lieubeau, président du pôle communication.