Jean-Marie Pratt était invité à choyer les présidents français et chinois lors de leur visite privée à la foire des importations organisée à Shanghai.

Pour établir de premiers liens entre les USA de Nixon et la Chine de Mao, le monde avait découvert la diplomatie du ping-pong. C’était en 1972. Quarante sept ans plus tard Emmanuel Macron et Xi Jinping ont inventé celle de la dégustation. Avec pour arbitre un sommelier français.
Un moment aussi rare que chargé de symboles que l’Alsacien Jean-Marie Pratt n’oubliera pas de sitôt. “J’ai été contacté le 19 octobre par l’ambassade de France en Chine où je travaille depuis 7 ans. On souhaitait la présence d’un sommelier français lors d’un événement. Petit à petit des détails m’ont été communiqués. En fait je devais avoir pour mission d’accueillir les deux présidents pour une dégustation de vins sur le pavillon français de cette foire des importations.”

Pas de quoi perturber l’ancien élève de Gérard Basset à l’Hôtel du vin, en Angleterre. Un globe-trotter du vin qui après un long séjour outre-Manche est parti à la découverte du travail de la vigne et de la vinification dans l’hémisphère sud puis en Californie. “Finalement c’est en Asie que j’ai découvert un autre métier en intégrant le groupe Sarment. Un importateur dont les 2/3 des activités étaient constitués par la vente de vins français. J’étais responsable des achats, je formais les équipes et j’animais des dégustations…”

Trois vins choisis par l’Élysée

Pour accueillir les deux présidents Jean-Marie Pratt avait trois vins à sa disposition. “L’Élysée les avait choisis. Il y avait un Corton grand cru 2010 de Louis-Latour, un coteaux du Languedoc La Clape (*) de Gérard Bertrand et un château Cheval Blanc 2006. Le président Macron avait choisi cet ordre de dégustation et je devais au moins leur permettre d’en goûter deux compte tenu de leur timing très serré. Finalement, ils ont pris plus de temps que prévu et ont pu tout apprécier. Emmanuel Macron s’est comporté en extraordinaire ambassadeur des vins français ! C’est lui qui a convaincu son homologue de déguster tous les vins prévus.”

Des flacons que le sommelier avait ouverts une heure plus tôt avant de les goûter pour s’assurer de leur qualité. “Ils devaient être à la bonne température au moment de l’arrivée des présidents qui étaient suivis par une délégation de chefs d’entreprises français dont Gérard Bertrand et de nombreux journalistes. A la demande des autorités chinoises je devais obligatoirement goûter à nouveau les vins avant de servir les hôtes du pavillon français.”

Autant de soins apportés à un moment de vie exceptionnel pour le sommelier. “C’est aussi une chance pour la société d’import que je viens de créer en Chine. Liber travaille avec seulement cinq domaines français et parmi mes responsabilités, je propose ce genre de service à des clients privés ou à des entreprises, j’assure le relationnel avec la grande restauration et je crée des caves.”

Celle du président Xi Jinping compte désormais une bouteille de Romanée-Conti 1978. Un cadeau offert par Emmanuel Macron.

(*) La Chine est le premier marché export des vins AOC du Languedoc, ce sont plus de 13 millions de bouteilles d’appellation du Languedoc, soit plus de 8% de la production totale qui sont exportés tous les ans vers la Chine.