Dans tous les vignobles de France, les vendanges commencent à battre leur plein. Après les crémants et les blancs, les rouges sont dans les starting-blocks. Les liquoreux attendent leur heure. Point d’étape sur la naissance de ce millésime 2014.

Dans le Bordelais, les premiers coups de sécateurs ont été donnés dès le 1er septembre dans l’Entre-deux-Mers, pour les crémants. “Les raisins font 9, 5° à 10°, avec une forte acidité. C’est ce qu’il faut pour les crémants. Les arômes doivent être neutres et la couleur (pour les rosés) pâle. La maturité est un peu en avance sur l’an dernier”, a expliqué Philippe Cazaux, de l’Union de Guyenne, à nos confrères de Sud-Ouest. Dans les Graves, le coup d’envoi a été donné le 3 septembre par le château Carbonnieux (grand cru classé), sur une parcelle de sauvignon blanc “avoisinant 13 degrés potentiels avec une acidité autour de 5”. Les propriétaires Eric et Philibert Perrin se veulent confiants pour ce millésime 2014 qui “a connu une floraison précoce, presque 10 jours d’avance par rapport à la moyenne. La répartition des fleurs et les bonnes conditions climatiques printanières laissent envisager une récolte qualitative. […] Les cépages rouges, déjà riches en anthocyanes à ce jour, semblent également très prometteurs, les merlots se montrent cependant précoces et risquent de bousculer le rythme de ramassage en milieu de vendanges. Les cabernets sauvignons sont très sains et suivent tranquillement leur maturation sous l’anticyclone qui semble s’installer”.

Concernant les vins rouges, les vendanges devraient vraiment débuter d’ici une grosse semaine. Ainsi le château La Conseillante, poids lourd de Pomerol, annonce un début de vendanges autour du 20 septembre. Tout comme le château Fougas, en Côtes-de-Bourg, qui accueillera à cette occasion près de 200 vendangeurs venus de toute l’Europe : en réalité, des clients fidèles qui louent des pieds de vigne à la propriété et viennent régulièrement vendanger leur propre raisin. Dans le Médoc, au château Gruaud Larose (2ème Grand Cru Classé 1855, Saint-Julien), on prévoit de démarrer la récolte une bonne semaine plus tard.

Dans le Sud-Ouest, le coup d’envoi a été donné en ce début de semaine dans le Bergeracois, avec les blancs. “Cette année, les raisins sont très aromatiques et très acides. On est sur la vivacité et la fraîcheur. Pour les blancs secs, c’est parfait. C’est l’équilibre que l’on recherche” explique l’oenologue Damien Le Grelle à nos confrères de Sud-Ouest.

En Bourgogne (comme en Alsace, en Champagne et dans le Jura), les premiers coups de sécateurs ont été donnés la semaine dernière, pour les crémants, dans la côte chalonnaise et mâconnaise. Durement frappée par des épisodes de grêle, la région se félicite de connaître une belle fin d’été : si les volumes s’annoncent une nouvelle fois modeste, la qualité devrait être au rendez-vous. Ainsi le château de Pommard annonce “des vendanges qui débuteront autour de la mi-septembre. Après un épisode de grêle désastreux fin juin et un été compliqué, la vigne a de belles choses à montrer”. Olivier Leflaive annonçait fièrement sur Twitter le début des vendanges à Puligny-Montrachet.

Dans le Beaujolais, l’interprofession indique que “les premiers coups de sécateurs ont été donnés en ce début de semaine, dans les secteurs les plus précoces du vignoble (16 500 hectares situés entre Lyon et Mâcon). Pour les blancs, les vendanges ont débuté autour du 5 septembre du fait d’une maturation plus rapide du chardonnay. Sur le plan climatique, les conditions printanières idéales ont permis le bon déroulement de la floraison. Si les températures plutôt fraîches de l’été ont ralenti la maturation des raisins, elles n’ont aucunement porté préjudice à la récolte. Le retour du soleil ces derniers jours a permis à la maturation de très bien progresser et laisse présager d’une belle qualité de raisins. […] En volume, la récolte devrait être légèrement supérieure à la moyenne de ces 5 dernières années.”

Dans le Languedoc, le Mas Daumas Gassa
c annonce déjà des “presses magnifiques” pour ses blancs, alors que du côté du Mas de l’Ecriture, on a déjà commencé à rentrer la syrah, dès le 8 septembre. A Saint-Georges d’Orques, le coup d’envoi, très précoce, a été donné dès le 20 août, pour le chardonnay, puis le sauvignon, le viognier et le muscat petit grain. Les rouges ont commencé une semaine plus tard, comme le rapportent nos confrères de Midi-Libre.

Enfin, dans la Loire, le bal a été ouvert (timidement) ce mercredi avec le vignoble de Muscadet. “Le ban des vendanges en Muscadet est prononcé aujourd’hui (mercredi) par arrêté préfectoral (…). Les 600 vignerons de l’AOC muscadet vont pouvoir démarrer leurs travaux de récolte dans les vignes”, a annoncé Interloire dans un communiqué. “Les vignerons ont commencé timidement les récoltes mais le gros des vendanges” aura lieu la semaine prochaine, a précisé à l’AFP Guillaume Druard, conseiller viticole à la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. “Les conditions d’ensoleillement actuelles et le bon état sanitaire global du vignoble permettent d’annoncer un millésime de belle facture avec un équilibre entre acidité et sucre”, anticipe l’interprofession, qui a précisé que “la récolte devrait durer environ 15 jours”. Interloire estime que la récolte 2014 de Muscadet devrait représenter 500 000 hectolitres. “On sort de trois années assez fortement déficitaires en termes de volume. On devrait revenir à une récolte normale”, a conclu M. Mayet.

L’actualité des vendanges 2014 continue dans les jours à venir sur “Terre de Vins”.