Hier soir, les amateurs étaient venus en nombre pour la quatrième édition de cette soirée désormais incontournable organisée par « Terre de Vins ». Chacune des 140 propriétés présentes a apporté sa pierre à l’édifice de ce beau succès.

« Rassembleur de talents. » La devise du Grand Cercle prend tout son sens au lendemain du « Cercle Tasting » organisé hier soir par le magazine « Terre de Vins ». Dans le cadre éblouissant du Grand-Théâtre de Bordeaux, 140 propriétés de la rive droite et de la rive gauche membres du Grand Cercle ont fait le déplacement pour venir faire déguster leurs crus au grand public. Tous ensemble, réunis autour de valeurs communes, mais avec chacun leur personnalité propre, ils sont plus forts pour faire découvrir la qualité et la diversité de Bordeaux à prix abordables. Une richesse qui a su séduire les quelques 1 500 amateurs, fidèles pour la 4e année consécutive.

« Il faut montrer que Bordeaux ne se résume pas qu’aux grands crus. Il est important de faire passer l’image du vin de Bordeaux, bon, à prix raisonnables. Comme ici ce soir, il faut savoir raconter l’histoire derrière la bouteille : être présents pour faire déguster, et créer un monde faisant appel à l’imaginaire. Une partie du public prend ce message et le rediffuse » explique Francis Boutemy, le président du Cercle rive gauche et propriétaire du château Haut Lagrange (Pessac-Léognan). Il est évident qu’à 140 propriétés, le message a plus d’impact que seul. « Nous avons une vraie dynamique de groupe, explique Anne-Marie Bertrand, du château Carteau Côtes Daugay (Saint-Emilion Grand Cru). Les gens voient de façon récurrente les mêmes noms associés. Le Cercle a une image de qualité. » Ce que confirme Brigitte Rullier-Loussert du château Dalem (Fronsac) : « J’essaie évidemment de faire des vins de qualité tous les ans, et d’amener cette réputation de mes vins au Grand Cercle. »

bilancercletasting3

Diversité et qualité

Le Cercle est une mosaïque de propriétés. De tailles et d’appellations différentes, avec des vins de couleurs et styles variés. Et à des prix différents, globalement compris entre 15 et 35€. Au château Fougas Maldoror, seule propriété en Côtes de Bourg du groupement, l’ambition est de « montrer que dans des appellations comme Bourg, il est possible de faire de grands vins avec la même qualité que dans les grandes appellations » expose le propriétaire, Jean-Yves Béchet. Cette promotion de la qualité traverse les frontières, grâce aux déplacements régulièrement organisés par le Cercle. « Avec le Cercle, château Fougas Maldoror a pu participer à plusieurs dégustations, pendant les Primeurs, et à l’étranger. Nous sommes allés par exemple dans les pays nordiques comme la Suède, la Norvège et la Finlande, mais aussi au Royaume-Uni. Cela permet de rencontrer de nombreux importateurs. » Mais à l’étranger, la démarche peut encore trouver à évoluer, selon Andrew Mc Innes, du château La Cardonne (Médoc). « Il faut faire plus d’événements dans les régions où nous ne sommes pas trop implantés et sentons le potentiel. Il faut se focaliser sur ces marchés émergents » d’après lui.

« Un pour tous, tous pour un ! »

Si la force de communication du Grand Cercle est importante, c’est grâce à l’implication de chacun pour sa propre propriété, et pour le groupe dans sa globalité. « Il y a de la place pour nous tous. Chaque amateur a des goûts différents. Avec la variété de nos propriétés et notre même passion, nous pouvons toucher un maximum de gens » explique Bérangère Tesseron, du château Larrivaux (Haut-Médoc). « Par exemple, ce soir, j’ai suggéré à des gens qui cherchaient du blanc d’aller goûter tel ou tel vin. Et à ceux qui avaient goûté un millésime de mon vin d’essayer un autre millésime chez mes voisins » raconte-t-elle.

Cette puissance de communication, c’est une des raisons de l’appartenance du château Tour de Pez (Saint-Estèphe) au groupement. « Tour de Pez amène la notoriété de sa région. Je ne compte pas sur le Cercle pour ma distribution, notre réseau est déjà construit. C’est surtout un outil de promotion. Ces deux approches sont complémentaires » commente Alexis Angliviel de la Beaumelle, le directeur commercial de la propriété. Avant d’ajouter : « Terre de Vins est de surcroît un excellent vecteur de promotion, très efficace, avec un nom qui parle au consommateur. » Les retombées de l’appartenance au Grand Cercle sont palpables pour ses membres. « Nous sommes assez nouveaux dans le Grand Cercle, nous n’y appartenons que depuis cinq ans », explique Anne-Marie Bertrand du château Carteau Côtes Dauguey. « Les trois premières années, nous n’avons pas eu plus reconnaissance ou de couverture médiatique qu’avant notre entrée dans le Grand Cercle. Mais depuis deux ans, nous constatons les retombées. »
Le dicton du Grand Cercle pourrait bien être : « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ! »

Laura Bernaulte

POUR VOIR TOUTES LES IMAGES DU CERCLE TASTING 2015, SUIVEZ CE LIEN VERS NOTRE PAGE FACEBOOK

bilancercletasting1