(Photo JM Brouard)
(Photo JM Brouard)

Après le lancement de la cuvée Brut Nature, Paul et Nathalie Vranken ont dévoilé le reste de la gamme nature allant jusqu’au millésimé. Une vraie nouveauté.

« Être dans l’air du temps ». Paul Vranken, propriétaire de la maison, n’y va pas par quatre chemins. Impossible en effet pour une grande maison de Champagne de ne pas proposer de cuvées nature, c’est-à-dire sans ajout de liqueur. Comme les rosés, ces « zéro dosages » ont un temps été perçus comme des phénomènes de mode. Pourtant, ils sortent progressivement d’un microcosme de connaisseurs pour gagner les faveurs du grand public. Évidemment, les volumes sont globalement marginaux, mais suffisamment importants pour engendrer des réflexions profondes. C’est ainsi qu’est née la volonté chez Vranken de proposer toute une gamme de vins qui « mette en avant ce que porte la terre de Champagne ».

Paul Vranken a souhaité être partie prenante de cette lame de fond qu’est la remise en avant du terroir local. « Ces champagnes ‘nature’ sont un pas vers la pureté de notre terroir que le consommateur aimera ou pas ». Voici bien l’idée de ces cuvées, loin de l’ADN classique de la Champagne symbolisés par des bruts sans année au style constant d’une année sur l’autre. Un engagement fort qui suppose toutefois deux choses : une parfaite qualité des jus lors des vendanges car ceux-ci ne pourront pas être améliorés par la liqueur ainsi que plusieurs années de vieillissement en cave. Si le réchauffement climatique permet d’obtenir aujourd’hui des raisins plus mûrs, ils n’en demeurent pas moins d’une acidité mordante. Un long vieillissement permet de dompter cette fougue. Pas moins de 4 ans pour les brut nature classique, rosé et premier cru et même 7 ans pour le millésimé.

Une très belle homogénéité

Il est facile de faire de grands effets d’annonce avec des cuvées très qualitatives produites seulement à quelques dizaines de milliers de cols. Mais réussir à sortir une gamme complète, de grande qualité, avec des volumes de plusieurs millions de bouteilles, voilà un véritable défi. Il est ici parfaitement réussi comme en témoigne la dégustation des quatre cuvées nature de la maison. Le brut nature (29 €) est un magicien puisqu’il parvient à faire totalement oublier son absence de dosage par un équilibre très plaisant entre maturité et acidité. Il laisse une impression générale de rondeur en bouche mais sans lourdeur. Un champagne frais et délicatement fruité qui est fait pour l’apéritif. Son alter ego rosé, à la teinte saumonée splendide, invite à la dégustation avec sa légère pointe réglissée. La bouche offre quant à elle un registre aérien où les fruits rouges (fraise, groseille) se dévoilent crescendo et tapissent longtemps le palais. Le brut nature premier cru conduit vers davantage de profondeur et toujours un crémeux de bouche admirable, fil rouge de toute la gamme. Le point d’orgue est évidemment le brut nature millésimé 2010 qui affirme sa puissance sans heurt en bouche. Il est d’une réelle intensité qui lui permet d’accompagner sereinement des plats forts en goût (comme un risotto aux gambas). Il marque les esprits avec une finale nette sur des notes de poivre blanc envoutantes. Les Vranken frappent fort. Les nouveaux hérauts du « brut nature pour tous » ?