Le millésime 2016 des chardonnay de Limoux sera bientôt sous les feux des projecteurs.
Le millésime 2016 des chardonnay de Limoux sera bientôt sous les feux des projecteurs.

Début avril, la fête battra son plein dans la vallée de l’Aude pour célébrer la 28ème édition d’une manifestation imaginée par les caves du Sieur d’Arques et dont les sommeliers demeurent des partenaires essentiels. Ils viennent de découvrir le millésime en avant-première.

Le dimanche 9 avril prochain, lorsque les hôtes des caves du Sieur d’Arques venus des quatre coins du monde choisiront, au cours de la dégustation matinale, les barriques dont ils auront envie ensuite de faire l’acquisition pendant la vente aux enchères, la sélection proposée alors ne devra rien au hasard. Elle sera d’abord le fruit du travail méticuleux des vignerons et aussi le résultat des notes attribuées par les sommeliers invités à une dégustation organisée en avant-première il y a quelques jours. « Dès 1989 et le lancement de la première édition de cette manifestation, les sommeliers du Languedoc-Roussillon ont été associés à la préparation et en particulier au choix des vins. Au cours de toutes ces années, nous avons pu apprécier l’évolution qualitative et l’affirmation du terroir de Limoux comme très favorable à l’expression du chardonnay », souligne Michel Hermet, président d’honneur de l’Union de la Sommellerie Française et fidèle de Toques & Clochers.
Installé à la table ‘Haute-Vallée’, il avait pour voisin, à l’occasion de cette dégustation à l’aveugle, Jean-Luc Jamrozik, le président des Sommeliers de Paris. « Pour moi, participer à cette sélection est une première et il est tout à fait exceptionnel de pouvoir découvrir toutes les différences qui peuvent s’exprimer sur un même terroir alors que tous les vins sont encore en barriques. »

Ci-dessous : Sabine Renaud et Gilles Tremeges ont permis aux sommeliers de déguster aussi les vins dans les caves.

Des différences d’évolution

Sabine Renaud, responsable vignoble au sein de la cave, a résumé ce que fut l’année 2016 à Limoux et sur les 41 autres communes de l’aire d’appellation Limoux. « Dès fin février sont apparus les premiers bourgeons mais cette avance dans le cycle végétatif a été ralentie par de fortes giboulées en mars et une certaine fraîcheur en mai et juin. Juillet et août ont été très secs avec quelques pics de chaleur. Heureusement, nous bénéficions du vent marin et de nuits fraîches et quelques épisodes pluvieux en septembre n’ont pas influé sur l’état sanitaire qui est resté excellent jusqu’à la fin des vendanges. » Celles-ci ont débuté le 30 août, soit six jours plus tard qu’en 2015, et ont duré beaucoup plus longtemps pour s’achever le 17 octobre en Haute-Vallée.
C’est sur ce terroir que la sélection a été la plus compliquée, obligeant les sommeliers à interpréter l’évolution des vins. « On ressent la finesse des grains mais il faudra encore un peu de temps pour que s’affirme tout leur caractère. Mais la trame est là, on doit simplement extrapoler un peu. Début avril, ce décalage tout à fait naturel aura été comblé, analyse Gilles Tremeges, directeur technique de la cave. Sur le terroir méditerranéen, les vins sont frais, presque prêts. Sur Autan, je les trouve encore un peu fermés alors que du côté océanique ils s’ouvrent et révèlent les premières notes d’agrumes. »

Ci-dessous : Jean-Luc Jamrozik a vécu cette première participation avec passion et beaucoup de curiosité.

Chef et sommelier venus de Bourgogne

Pendant que le vin, réparti dans 800 barriques toutes identifiées au nom du vigneron, poursuit son évolution dans les 400 mètres de galeries souterraines, la fête des 8 et 9 avril prochain se prépare. Car la veille de la vente, des milliers de visiteurs prendront la direction de Cépie où seront inaugurés les travaux de restauration du clocher financés par une partie des bénéfices des enchères… Une dimension populaire à laquelle sont attachés les organisateurs tout comme ils accordent une importance particulière au choix du chef dont la cuisine sera servie lors du dîner de gala, le dimanche soir. Cette année, Patrick Bertron, chef du Relais Bernard Loiseau à Saulieu, sera donc l’invité d’honneur en compagnie de Dominique Loiseau. Le cuisinier sera associé à Lyonel Leconte, un sommelier qu’il connaît bien puisqu’ils ont travaillé ensemble dans le célèbre restaurant bourguignon. Meilleur sommelier de France 1994, Lyonel Leconte a déjà travaillé sur le choix des vins en accord avec les plats du chef. Un repas-test a été servi dans les salons d’Helen Traiteur et parmi un choix d’une vingtaine de vins, le sommeliers en a retenu cinq, un par plat, et notamment un Clocher 2012.
Si le menu demeurera secret jusqu’au dernier moment, on sait toutefois qu’il permettra à Patrick Bertron de marquer son attachement à sa Bretagne natale et que le bœuf charolais sera mis à l’honneur…

Ci-dessous : Au lendemain de la dégustation de sélection, sommeliers du Languedoc-Rousillon et de Midi Pyrénées ont été des visiteurs privilégiés.