(photo : Vanessa Meyer)
(photo : Vanessa Meyer)

Mosaïque de terroirs combinés à des cépages typiques, l’Alsace offre des vins que l’on identifie immédiatement. Ici, les vins portent surtout les noms des sept cépages présents dans le vignoble. De l’opulence fruitée d’un gewurztraminer à la légèreté d’un muscat ou au racé sec d’un riesling, la gamme des blancs s’étale à l’infini. Depuis peu, les vignerons indépendants et les coopératives de la région produisent aussi des rouges à partir du pinot noir planté sur 10 % du vignoble.
Premier volet de notre escapade publiée dans le Terre de vins n°56, actuellement en kiosques.

Pour Marc Hugel, 13e génération d’exploitants de cette maison fondée à Riquewihr en 1639, si le vin devait se limiter à trois qualificatifs, ce serait transparence, élégance et équilibre. « Nous élevons nos vins en respectant la typicité alsacienne : ils doivent être droits, fins, retranscrire l’expression du terroir et éviter la lourdeur par trop de douceur. » Cette volonté se retrouve dans des rieslings ciselés, « le meilleur cépage du monde », aux dires de feu Jean Hugel, l’un des patriarches de la famille.
Produits sur les coteaux du Schœnenbourg, un patchwork de 12 terroirs dominant le village fortifié sur seulement 53 hectares, les rieslings Hugel font la renommée de la maison. Du classique (Riesling 2016, 14,40 €) aux plus élaborés issus des grands terroirs (Riesling Grossi Laüe 2013, 43,20 €), ces vins sont l’expression même de ce que doit être ce cépage en Alsace. Hugel réussit aussi avec brio ses vendanges tardives (pinot gris 2009, 68 €) et sélections de grains nobles.
Quatre siècles de travail de la terre et de secrets de vinification bien gardés forgent ces vins d’exception. Chez les Hugel, la viticulture va au-delà du métier et relève de l’art de vivre. Chacun s’enrichit du savoir-faire ancestral et trouve sa place naturellement dans l’exploitation. Une histoire inscrite dans la cave, dédale qui serpente sous le Riquewihr historique. Là, une centaine de fûts anciens s’alignent, le plus vieux datant de 1715. À l’écart du stock des millésimes récents, des flacons datés sont toujours proposés à la vente. Hugel a même fait de la commercialisation de vieux millésimes l’une de ses niches (Gewurztraminer sélection de grains nobles S 1989, 150 €). Derrière une grille, la collection particulière de la famille cache même des bouteilles des années 1850. « Elles sont notre mémoire. Les grands millésimes de vins d’Alsace peuvent se garder. Il est faux de penser le contraire », prévient Marc Hugel.
Dans les environs de Riquewihr, les Hugel cultivent la qualité sur 30 hectares, morcelés en 250 parcelles, qui portent chacune un nom. « Pour nos nouveaux employés, c’est toujours un peu le casse-tête de les retenir », s’amuse Marc Hugel. Les raisins d’une centaine d’hectares de viticulteurs voisins entrent aussi dans les pressoirs de la maison. « Nous suivons ces familles depuis trois, voire quatre générations. Leur vision de la viticulture nous ressemble. » Vins qualifiés de gastronomiques par les plus grands sommeliers, les bouteilles Hugel s’exportent à 92 %. Le reliquat de la production s’écoule au comptoir du caveau de dégustation de Riquewihr, dans les épiceries fines et les bonnes tables de la région.

68340 Riquewihr
03 89 47 92 15
Site internet