(photos JM Brouard)
(photos JM Brouard)

Comme chaque année, la brasserie les 110 de Taillevent propose de découvrir une région autour de vins au verre et de plats emblématiques. Cette année direction la Provence.

Il y avait eu les vins du Commonwealth et certains plats surprenants pour nos palais, comme l’œuf pané ou l’agneau à la menthe. Il y avait eu l’Espagne et ses pépites encore méconnues. Eh bien ce sera cap sur la Provence cette fois-ci avec beaucoup de plaisir à la clef. Pour l’occasion, les frères Gardinier, propriétaires du groupe Taillevent, ont décidé de faire appel à un ami, héraut de la cuisine provençale telle qu’on en rêve toute l’année, gorgée de soleil et de parfums. Cet ami c’est le chef Jean-André Charial de l’Oustau de Baumanière, navire amiral de cette superbe cuisine sudiste posé au pied de la forteresse des Baux-de-Provence. A partir du 1er juin et jusqu’au 5 août, il sera possible d’aller déguster des plats emblématiques associés, comme à l’accoutumée, à un choix de 4 vins au verre. L’idée est ici de pouvoir répondre à toutes les bourses avec des vins simples, très bien faits et accessibles comme cet IGP Méditerranée « Columelle blanc » 2012 du domaine Richeaume (7,5€ les 7cl). Mais aussi avec des vins très prestigieux comme ce domaine de Trévallon blanc 2011 (21€ les 7cl).

Bouillabaisse, agneau, calisson

Les plats qui ont été choisis sont des hommages à la cuisine méditerranéenne. Parfaitement exécutés, ils nous transportent littéralement, réveillent les papilles et s’accordent parfaitement avec les vins proposés. Les petits farcis provençaux en entrée sont des merveilles. La farce qui garnit ces petits légumes confits est délicate et parfumée. Elle trouve dans la cuvée rosée « l’affectif » 2016 (4,5€ les 7cl) de Baumanière un partenaire idéal, le corps du vin répondant positivement à la puissance du plat. L’épaule d’agneau confite est à elle seule un monument. Son fondant est tout simplement désarmant. Accompagnée d’un gratin d’aubergines célébrant l’huile d’olive, elle trouve dans la version rouge de la cuvée « affectif » de Baumanière (7,5€ les 7 cl) un brillant accompagnateur. La « Grange des pères » 2010 (21,5€ les 7cl) ne démérite pas avec son soyeux et sa concentration aromatique habituels. Et pour le dessert ? Une déclinaison autour du calisson où il serait presque criminel de ne pas goûter à la cuvée « Cartagène » 2014 (6,5€ les 7 cl) ultra confidentielle du Mas Jullien. Une mistelle délicieuse aux notes de rose très prononcées. Un bonbon qui s’acoquine à merveille aux notes d’amande de cette fin de repas. Une fois de plus, les 110 de Taillevent propose une expérience exceptionnelle à ne pas rater, que vous soyez gourmand, amateur de vin, et surtout les deux…