Photo : Clément L'hôte
Photo : Clément L'hôte

La vente aux enchères des Hospices de Beaune, 161e du nom, s’est tenue dimanche 21 novembre 2021 sous les halles de Beaune. Les volumes restreints ont fait exploser les prix. La pièce de charité a encore dépassé son record, dans une salle en feu.

Tout est parti très haut, très vite. La 161e vente aux enchères des Hospices de Beaune a mis au défi les acheteurs massés sous les halles de Beaune, dimanche 21 novembre 2021. Au catalogue : un millésime 2021 prometteur – de l’avis général – mais extrêmement restreint. Avec 349 pièces, contre 629 en 2020, le parterre d’acheteurs aux aguets comprend vite que les prix de la précédente édition (déjà stratosphériques) seront pulvérisés.

Sotheby’s jubile

Et les premiers coups de marteau leur donnent raison. Des beaune 1er cru partent à près de 20 000€ la pièce. Un Clos de la Roche, cuvée Cyrot-Chaudron, atteint les 135 000€. Du jamais vu. « Mes acheteurs ne suivent pas, ils sont dépassés par des enchères pareilles! », chuchote un vigneron entre deux lots.

À l’écoute d’acheteurs du monde entier au téléphone, l’équipe de Sotheby’s a le sourire. Pour sa première à Beaune, la maison d’enchères américaine voulait marquer le coup. C’est chose faite. Le résultat total, qui sera connu en fin de soirée, devrait flirter avec les records. Quant au prix moyen de la pièce, c’est une certitude.


Pio Marmaï enflamme la salle

Événement le plus attendu de cette enchère, la vente de la pièce de charité devrait rester dans les mémoires. Le Corton Renardes grand cru a trouvé preneur pour 800 000€. L’année dernière, son alter ego n’était partie « que » pour 660 000 euros (pour 228 litres, rappelons-le). Un nouveau record à mettre au crédit du millésime et de la popularité des vins de Bourgogne, mais aussi à un Pio Marmaï survolté.

Le parrain de la vente a provoqué l’hilarité de sa coprésidente, Jeanne Balibar, et du reste de la salle. Très à l’aise dans l’exercice, l’acteur de Ce qui nous lie a emporté le public, façon concert de rock. « Y a du monde dans cette salle ou pas ? », s’est fendu le comédien de 37 ans, prenant à partie, tour à tour, les officiels et les acheteurs, et faisant monter les enchères pendant près d’un quart d’heure. Tonnerre d’applaudissements et embrassades ont conclu la séquence.


Pour la cause des femmes

L’heureuse propriétaire du fût tant convoité : une société anglaise, nommée Oeno Group, et spécialisée dans la collection de vins fins. Particulièrement ému, son responsable Mattia Tabacco est monté à la tribune, acclamé. Les revenus de cette pièce iront la cause des femmes, via l’Institut Curie (pour acquérir un microscope de pointe, dans le cadre de la recherche contre le cancer du sein) et la Fondation Solidarité Femme (lutte contre les violences faites aux femmes). Le reste des revenus de la vente financera l’hôpital de Beaune, et notamment ses prochains travaux de rénovation.