Hier soir à Darwin, lieu emblématique du « Bordeaux nouveau » qui se dessine peu à peu, « Terre de Vins » organisait avec l’association Bordeaux Oxygène une dégustation qui a attiré un large public de jeunes passionnés. Un succès collectivement savouré.

C’était l’écrin parfait. Darwin, cette ancienne caserne Niel transformée depuis quelques mois en « écosystème multi-dimensionnel » (à la fois pépinière d’entreprises, restaurant, épicerie bio, site de co-working…) et symbolisant ce « nouveau Bordeaux » qui se révèle progressivement, accueillait hier soir une grande dégustation organisée par « Terre de Vins » et l’association Bordeaux Oxygène (BO2). Ce groupe créé il y a une dizaine d’années réunit une bande de viticulteurs – de la Rive Droite, de la Rive Gauche, de l’Entre-deux-Mers – incarnant la « relève » du vignoble bordelais. Ils étaient tous présents à Darwin hier soir, pour venir à la rencontre d’une foule de dégustateurs (plus de 500) particulièrement jeunes et enthousiastes.

Cure de jouvence

« C’est notre première dégustation ouverte au grand public, souligne Anne-Laurence Chadronnier, du château Marsau (Francs-Côtes-de-Bordeaux). Jusqu’à présent, nous étions surtout sur des événements tournés vers les professionnels ; nous sommes donc vraiment ravis de pouvoir faire découvrir nos vins à un public de jeunes amateurs, venus aussi nombreux. Nous avons créé BO2 pour décomplexer l’approche des vins de Bordeaux et dépoussiérer un peu leur image : ce type d’événement, surtout dans un tel lieu, est dans la droite ligne de l’esprit de l’association ».

« Nous sommes forcément moins jeunes que lorsque nous avons créé BO2, sourit Sylvie Courselle du château Thieuley. Mais ce qui nous rassemble toujours, c’est que nous sommes une bande de copains désireux de défendre nos vins et l’image de Bordeaux d’une façon dynamique ».

Les dégustateurs, carnet de dégustation en main, slaloment entre les stands. Ils sont nombreux à tendre leur verre pour déguster des « stars » de Pessac-Léognan comme Smith Haut Lafitte, Larrivet Haut-Brion ou Malartic Lagravière. Le propriétaire Jean-Jacques Bonnie, très en forme, se plaît à faire (re)découvrir des millésimes comme 2008 et 2011, tout en s’enthousiasmant déjà pour le millésime qui s’annonce (les vendanges sont en cours pour les blancs, dans les starting-blocks pour les rouges). On se presse également vers les crus classés de Saint-Emilion : Grand Mayne, La Couspaude, Grand Corbin Manuel, ou encore Clos des Jacobins. « Cet endroit est magnifique, s’enthousiasme la propriétaire Magali Decoster. C’est la première fois que je viens, et c’est vraiment le lieu parfait pour une dégustation BO2 ». D’autres grands noms du vignoble comme Clos Dubreuil, Clos du Clocher, Château Lafon Rochet, Château Gloria, Château Poujeaux ou encore Clos Floridène et Château Doisy-Daëne partagent le même enthousiasme. A n’en pas douter, l’expérience sera à rééditer !

Voir le reportage de France 3 Aquitaine (diffusé ce mercredi 24 septembre à 19h) sur la soirée « Bordeaux Oxygène » et les 5 ans de « Terre de Vins » :

Revivez la soirée en images :