Ce lundi, 40 grands cavistes français viennent rencontrer une soixantaine de propriétés françaises en face à face durant une journée au Cercle National des Armées, à Paris. Mais avant ça, ils étaient réunis hier soir à l’invitation de “Terre de Vins” pour une soirée sous le signe de la convivialité.

Après une première édition auréolée de succès en mars dernier, 40 grands cavistes français témoignent à nouveau leur confiance à Terre de Vins pour la 2e édition de Cavistes Dating. Ils sont rassemblés le temps d’un jour dans le somptueux cadre du Cercle National des Armées (Paris 8) pour une journée de rencontres avec 66 propriétés venues de toute la France, sur un format original de speed-dating. En préambule à la concentration de rigueur en ce lundi, “Terre de Vins” les conviait comme l’an dernier à une soirée sous le signe de la bonne ambiance et des belles dégustations, dans le cadre du magnifique hôtel Lancaster, non-loin des Champs Élysées, en partenariat avec le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC), le Conseil des Vins de Saint-Emilion ainsi que Quintessence, Riedel et les caves à vin La Sommelière.

La soirée a commencé en beauté avec un free-tasting mettant à l’honneur les vins de Saint-Emilion, suivi d’un apéritif au cognac. A cette occasion, Rodolphe Wartel, directeur de “Terre de Vins”, n’a pas manqué de rappeler l’implication du titre pour soutenir et valoriser la profession de caviste, maillon essentiel du monde viticole. « Avec Cavistes Dating, nous avons la volonté nette de vous mettre en lumière, vous les cavistes, vous les ambassadeurs du vin. » Et de poursuivre : « ce qui réunit ‘Terre de Vins’, les cavistes et les propriétés, ce sont les lecteurs. Un sur deux nous dit que lire ‘Terre de Vins’ génère un acte d’achat. Nous avons tout intérêt à jouer groupé. »

Belles dégustations

Dans la droite ligne de cet état d’esprit fédérateur, le BNIC était présent pour valoriser les atouts du cognac afin de reconquérir le cœur des cavistes. Avec l’ambition plus large de reprendre des positions dans l’Hexagone (pour mémoire, 98% du marché du cognac est à l’export). “J’entends souvent : le cognac, c’est fort, c’est pour les vieux, c’est cher” a constaté David Boileau, ambassadeur du BNIC. « Or, le cognac offre une vraie diversité tant de styles que de moments de consommation, mais elle est méconnue. » Pour faire (re)découvrir toute la richesse de Cognac, il a invité les cavistes présents à un voyage en terres charentaises.

A table, ce sont les vins de Saint-Emilion et de Lussac Saint-Emilion, “partenaires de longue date et fidèles de Terre de Vins” qui ont fait le show, faisant écho dans un accord parfait à la précision et au raffinement des mets. Au menu : une belle représentativité de millésimes récents (comme ce 2015 du château La Rose Perrière, du château Croix de Labrie, ou encore des châteaux Petit Bouquey ou Gaillard, ou ce 2014 du château de Lussac, du château Franc Le Maine et du château Larmande) mais aussi un millésime 2009 du château La Croizille.

Millésime mystère et 4 vainqueurs

Comme l’an dernier, entre fromage et dessert, les cavistes présents ont dû faire appel à leurs sens et leur mémoire pour deviner un millésime mystère servi à l’aveugle. Seul indice : il s’agissait d’un vin rouge, de Saint-Emilion. A la clé, des caves “La Sommelière” d’une valeur de 1200 € (pour peut-être ranger leurs coups de coeur de ce lundi!) Quatre cavistes ont su découvrir le millésime 2005 de château Angélus servi en magnum : Stéphane Alberti (beau doublé pour le propriétaire de la cave Vin Passion, meilleur caviste de France 2014, qui avait déjà trouvé la bouteille mystère l’an dernier lors de Cavistes Dating), Patrick Jourdain (Caves Max Jourdain, et vice-président du Syndicat des Cavistes Professionnels), Eric Ecolan (cave Cuvelier & Fauvarque) et Sébastien Carle (La Route des Vins). La soirée s’est achevée sur une jolie note aromatique avec une dégustation de cognac et de mignardises, avant de laisser les cavistes profiter d’une nuit reposante, pour être en pleine forme ce lundi !

Photos Pierre Martinez