Les premiers coups de sécateurs commenceront à résonner dans l’Aube et de la Marne dès le 19 août prochain. La fraîcheur de l’été 2011 n’a pas significativement ralenti la maturation des raisins champenois. La floraison avait eu lieu avec trois semaines d’avance en moyenne et la maturité des raisins de 2011 ont conservé cette nette précocité.  En 2003 les vendanges avaient débuté dès le 18 août,   mais elles s’étaient étalées sur le vignoble de Champagne sur une longue période, alors que le millésime 2011 est exceptionnel par son homogénéité. « Dès le 25 août, près de 90% du vignoble aura débuté la récolte, ce qui est inédit dans l’histoire du vignoble champenois, plus habitué à vendanger en septembre », a déclaré Pascal Férat (président du Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne) à l’AFP.

2011 annonce donc une qualité exceptionnelle pour les vins de Champagne.

Les vins pétillants de Champagne sont généralement issus d’un assemblage de vin de base de l’année et de vins de réserve de millésimes précédents. Cette technique permet de lisser les variations gustatives interannuelles et de proposer au consommateur des produits aux caractéristiques constantes. En 2011, la maturité précoce homogène permettra aux producteurs d’attendre aussi longtemps que possible, sans risque climatique, la date optimale des vendanges. De fait, on devrait assister à une augmentation des cuvées millésimées cette année.

Dans l’attente de la Grande Année

Les millésimés présentent la particularité d’avoir été élaborés à partir de raisins d’une même année, le vin obtenu ne nécessitant pas le renfort d’un vin de réserve. De telles années sont exceptionnelles, car il faut que les raisins présentent un équilibre parfait entre sucre et acidité. Ces champagnes peuvent être des blancs-de-blancs (100 % cépage blanc chardonnay) ou des blancs-de-noirs (issus de cépages rouges pinot noir et pinot meunier) ou des assemblages. Ils peuvent également être associés à un cru champenois, à un clos, voire à une dénomination « cuvée prestige », qui n’engage quant à elle que la réputation de la maison qui l’émet. L’élevage sur lattes est également plus long que pour un non-millésimé (trois ans au lieu de 15 mois).

Ces vins de garde représentent la quintessence des vins de Champagne, ajoutant la rareté à ce produit de luxe. Les champagnes Salon ou la Cuvée Cristal de Roederer sont par exemple exclusivement des cuvées millésimées. La fameuse gamme ‘Grande Année’ de Bollinger n’est produite qu’au compte-goutte, perpétuant la tradition de l’exception. Plus de 80 % des volumes de champagnes commercialisés chaque année en France et dans le monde sont des bouteilles de brut non millésimé. En 2010, les millésimés représentaient 4, 7 % des volumes de champagnes vendus en France, dans le monde cette part s’élevait à 1, 8 %, loin derrière les rosés (8, 5 %), les cuvées prestiges (3, 3 %) et même les demi-sec (2 %).