Riche d’un prestigieux passé, ancienne propriété du Duc de Bourgogne Philippe le Hardi, le Château de Santenay est aujourd’hui à la tête d’un domaine de 90 ha. D’importants investissements ont été menés ces dernières années. Les rouges nous ont plus particulièrement séduits.

Passées les douves du Château Philippe le Hardi, les magnifiques toits en tuiles vernissées s’offrent alors au regard. L’histoire ne manque pas de nous rappeler le passé prestigieux du lieu. Ce serait toutefois une erreur d’en rester là. Le Château de Santenay a aussi les pieds et la tête solidement ancrés dans le présent. En témoigne ses récents investissements : cuves inox thermorégulées de tailles spécialement adaptées aux sélections parcellaires, installation de deux nouveaux pressoirs de nouvelle génération, etc.

Côté vigne le domaine a initié une conversion en agriculture raisonnée devenue effective en 2004. Les bonnes pratiques culturales du Château de Santenay lui permettent d’être certifié « Qualité France » et « Terra Vitis ».

Son propriétaire dispose d’une solide assise financière : le Château de Santenay a été intégré à CA Grands Crus, société qui regroupe les propriétés viticoles du Groupe Crédit Agricole. De quoi nourrir les ambitiond d’un domaine qui compte 90 hectares en Côte chalonnaise et en Côte de Beaune essentiellement (Mercurey, Santenay, Beaune 1er Cru, Pommard, Aloxe-Corton, Saint-Aubin, Clos de Vougeot Grand Cru, etc). Il développe également une activité de négoce sur de belles appellations de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits. Le Château est dirigé par Gérard Fagnoni et l’équipe vient de se renforcer en accueillant Stéphane Charreyron, 44 ans, ingénieur agronome, diplômé de l’ ISARA de Lyon. Précédemment responsable commercial et marketing du Domaine d’Ardhuy en Côte de Beaune. Son objectif est de développer l’export (30% des ventes aujourd’hui) et la vente en CHR.

Un travail de fond a donc été engagé pour mieux valoriser un patrimoine et révéler le potentiel des terroirs du château. Le résultat se remarque dans la bouteille. Au cours d’une dégustation des millésimes récents nous avons particulièrement apprécié la qualité des rouges : tannins fins, belles précisions aromatiques et nuances de chaque terroir bien affirmées. Les Mercurey premiers crus Champ-Martins 2016 et les Crêts 2015 ont plus particulièrement retenus notre attention. Tout le comme le Clos Vougeot 2014, d’une grande distinction. En blanc, le Chassagne-Montrachet premier cru Morgeot 2015 montre une plaisante et complexe gourmandise, tandis que le Santenay premier cru La Comme 2016 s’illustre par son équilibre et son harmonie.