Les meilleurs vins de Loire s’exposent en ce début de semaine au Parc Expo d’Angers. « Terre de Vins » couvre l’événement et vous propose une petite balade au fil du fleuve. Compte-rendu de la première journée.

9000 visiteurs, plus de 500 exposants : la 28ème édition du Salon des vins de Loire, qui a débuté hier au Parc Expo d’Angers, s’affirme année après année comme un événement incontournable pour tous les professionnels du vin. Les échanges se déroulent dans une ambiance décontractée, forcément conviviale, où se croisent toutes les principales figures du vignoble ligérien. Nous avons rencontré quelques-unes d’entre elles lors de cette première journée, autant d’instantanés que nous vous faisons ici partager.

Thierry Germain, l’homme habité
Difficile de s’arrêter sur le stand du Domaine des Roches Neuves sans se laisser happer par le discours passionnant de Thierry Germain, vigneron emblématique du Saumurois. Millésime après millésime, Thierry, converti à la biodynamie depuis plus de douze ans, accentue la précision, la vitalité de ses vins. Des vins dépouillés de tout artifice et entièrement au service de leur terroir : « je déteste le maquillage en général, que ce soit sur les femmes ou dans le vin. Un vin doit avoir le goût de son terroir. C’est pour cela que j’ai beaucoup de cuvées, mais aucun de mes vins ne se ressemble ». L’homogénéité, la haute qualité d’ensemble des vins du Domaine des Roches Neuves ne fait aucun doute. Mais quelques coups de cœur se distinguent. En blanc, le Clos Romans, son nez d’une belle gourmandise et sa bouche limpide (« un jardin, nous ne produisons que 580 bouteilles ») ; en rouge, la cuvée La Marginale 2012 impressionnante d’amplitude (« le plus grand vin que j’aie fait »), la cuvée Franc de Pied toute en finesse et surtout, la superbe cuvée Les Mémoires 2013 (photo ci-dessus). Il s’agit du deuxième millésime produit par Thierry Germain sur ce terroir d’éboulis de silex sur plaque calcaire, à partir de vignes âgées de 109 ans. Un nez envoûtant, une bouche d’une séduisante longueur, un grand vin en devenir. www.rochesneuves.com

Romain Paire, l’autre Gamay
Romain Paire a rejoint ses parents à la tête du Domaine des Pothiers (14 hectares en AOC Côte Roannaise) en 2004. Depuis son arrivée, il a achevé la conversion en bio et en biodynamie, replanté des vignes et planté de nouveaux cépages, transféré 100% de la production en bouteille et élargi la gamme. Sur les douze cuvées du domaine, neuf sont présentées au Salon des vins de Loire. Mention spéciale, en blanc, à son excellent Pinot Gris « Hors Piste » (12 € prix propriété). Mais c’est sur le cépage Gamay Saint-Romain (« un gamay à petits grains, concentré, coloré, différent de celui du Beaujolais ») que Romain Paire se distingue, en particulier avec sa cuvée Domaine (sélection de vieilles vignes, 8 à 11 mois en cuve béton) au superbe caractère épicé, et avec sa cuvée Clos du Puy (11 mois en fûts de 500 litres), dense, structurée, concentrée. www.domainedespothiers.com

Xavier Weisskopf, la relève de Montlouis
Si son nom a des consonances alsaciennes, ne vous y trompez pas. Wavier Weisskopf est bien un vigneron ligérien. Natif de Beauvais, formé à Beaune et riche d’une expérience de trois ans au château Saint-Cosme à Gigondas, Xavier s’est installé en 2005 à Montlouis, où il s’affirme comme l’une des figures de proue de la « nouvelle génération ». Son domaine le Rocher des Violettes (15, 50 hectares) produit une dizaine de cuvées en AOC Montlouis et AOC Touraine. En blanc, mention spéciale à son touraine Sauvignon, minéral, élégant, et à son montlouis « La Négrette », un vin complexe, charnu, intense, issu de vieilles vigne de chenin. En rouge, signalons un très joli Gamay de Touraine, fruité, gourmand, et une intéressante cuvée « Côt Vieilles Vignes », ou l’interprétation ligérienne du malbec. lerocherdesviolettes.com

Gilles Crochet, Sancerre taille XL
A la tête du domaine Lucien Crochet, propriété familiale de 35 hectares située à Bué, Gilles Crochet signe des sancerres d’un irrésistible classicisme. Comme en témoigne sa cuvée Le Chêne Marchand 2011 (vivacité, fraîcheur, fruits blancs) et surtout sa cuvée Prestige, dégustée hier en bouteille sur le millésime 2009 et en magnum sur le millésime 2006. Une sélection de vignes d’une cinquantaine d’années, pour un vin d’une superbe matière, d’une très belle intensité en bouche, sur le fruit mûr légèrement compoté, équilibré par une jolie acidité. www.lucien-crochet.fr

Mathieu Doumenge

Suivez les dégustations de « Terre de Vins » au Salon des vins de Loire via notre compte Twitter.