Mercredi 4 mars, troisième jour de Découvertes en Vallée du Rhône : c’est au tour des appellations méridionales d’investir le devant de la scène. Dans les imposantes salles médiévales du Palais des Papes d’Avignon, les vins se discutent et se racontent avec les vignerons qui les font. Parmi toutes ces appellations du Rhône Sud, une appellation célèbre en 2015 ses dix ans d’existence en appellation Villages. Lumière sur Plan de Dieu.

Âme divine ?

« A Châteauneuf, ils doivent passer par le Pape. Nous, c’est bien mieux, nous sommes en lien direct avec Dieu », plaisante Alain Aubert, co-président de l’appellation Plan de Dieu et propriétaire du domaine Le Grand Retour, représentant 40 000 hectolitres de vin par an. Le Plan de Dieu, personne ne sait exactement d’où cela vient. L’histoire voudrait que ce soit le nom donné par les religieux à la traversée épique de la vaste forêt de garrigue de l’époque, qui nécessitait que l’on remette son âme à Dieu. « On dit que les religieuses priaient dans l’église de Sablet avant de traverser cette forêt où les voyous traînaient… », ajoute le producteur.

Dans la région des Papes et des Oratoires, les 1500 hectares de vignes constituant désormais l’appellation n’ont donc pas toujours été là. Le développement du vignoble remonte réellement aux années 1960, à l’initiative notamment de Gabriel Meffre, « le seul qui possédait des bulldozers, nécessaires aux Allemands pendant la guerre pour créer un grand aérodrome pour leurs avions, caché dans la forêt, bien à plat », explique Philippe Lambert, vigneron du domaine des Pasquiers (30 hectares en bio depuis 2013). De cette plaine, aride et aux sols très filtrants, les vignes se plantent donc récemment, et creusent au fil du temps les 10 mètres d’argile rouge et de galets roulés, situés sur les quatre villages du lieu-dit Plan de Dieu.

Des rouges qui montent

Sur les terrains squelettiques et peu productifs (moyenne de 40 hectolitres / hectare sur l’année), le cahier des charges de l’appellation Côtes du Rhône Village Plan de Dieu qui se constitue en 2005, a choisi de ne retenir que les rouges. Obligation d’assemblage, entre une majorité de grenache, et le reste en syrah, et/ou mourvèdre. Une cinquantaine de producteurs, pour 1, 5 millions de bouteilles par an, sont rassemblés sous la même bannière Plan de Dieu, grâce notamment à la bouteille syndicale estampillée par une grappe de raisin surmontée d’une auréole. « Nous sommes à la fois distinctifs avec ce nom Plan de Dieu, et surtout très intéressants en rapport qualité-prix », explique Benjamin Tourbillon, un des petits derniers à avoir rejoint l’appellation, en sortant de la cave coopérative en 2012. « Les vignerons sont très unis, et nous avons encore beaucoup de chemin à faire en promotion. Cela demande du temps, mais nous ferons quelque chose pour fêter notre anniversaire », explique Eric Martin, la quatrième génération de vignerons, parmi les premiers présents sur ces terroirs depuis 1905. On note également une part des bouteilles vendues à l’export croissant chaque année sur l’ensemble de l’appellation.

aphillanthes

Nos coups de cœur

Dans les allées de Découvertes en Vallée du Rhône, les rouges de Plan de Dieu n’ont pas à rougir. Parmi les fruités-plaisirs à boire, la Cuvée des Galets (10 €) du domaine les Aphillanthes est un pur jus : entre garrigue et cerise, la bouche rafraichit, elle vibre. « Nous avons repris les vignes en 2000, et avons fait le choix de l’agriculture biologique et de la biodynamie », sourit Hélène Boulle, la vigneronne. Et l’origine de l’aphillanthe ? « Une petite fleur de garrigue, une sorte de tige qui donne une fleur bleue en étoile ». On le laisserait couler sur un lapin farci, avec un bon jus au laurier.

Autre mention pour le Plan de Dieu Villages, millésime 2014 encore en fût, réalisé par Eric Martin (8, 70 €). Les tanins s’expriment en douceur, bien que la concentration soit riche. La finale réglissée et légèrement anisée, donne un fumé discret et une finale épicée, qu’on imagine bien avec un gibier.

Un troisième coup de cœur, pour la cuvée Calendal, réalisée par Gilles Ferrand (domaine des Escaravailles à Rasteau) en collaboration avec Philippe Combie. Plus poivrée, bien-élevée mais pas trop, l’intensité du fruit le rend croquant, rafraichissant le palais.

Prenez rendez-vous avec Plan de Dieu

Pour découvrir les vins de Plan de Dieu, réservez votre 26 avril et vos meilleures chaussures. La Balade gourmande de Plan de Dieu accueille 1000 marcheurs sur 9 kilomètres, entrecoupées d’étapes gourmandes concoctées par les disciples d’Escoffier, dans chaque caveau, avec musiciens, magiciens, comédiens… et repartez avec votre bouteille. Rendez-vous divin !

Laure Goy
Photo Christophe Grilhé