C’est un grand classique qui ne fait jamais de vagues mais qui régale les amateurs depuis des générations. Cinquième Grand Cru Classé de Pauillac, Château Grand Puy Lacoste sort des sentiers battus à l’occasion de la campagne primeurs, en dévoilant une superbe caisse “Variation”.

Dans la hiérarchie “non officielle” du vignoble bordelais – celle qui s’affranchit du classement établi en 1855 – il y a les propriétés qui captent la lumière au moindre prétexte, et celles qui cultivent à dessein une appréciable discrétion. Ces dernières se tiennent à l’écart des modes, des “coups” de communication et des tentations de la spéculation pour produire des vins fidèles à un style et fidèles aux amateurs qui en sont friands. Le château Grand Puy Lacoste appartient à cette catégorie. Reconnu 5ème Grand Cru Classé en 1855, ce vignoble de Pauillac séduit par sa constance, aussi bien dans la façon dont il est conduit que par ce que l’on trouve dans la bouteille. Propriété de la famille Borie depuis 1895, il est demeuré, au gré des successions, dans le giron de ce clan corrézien depuis cinq générations. François-Xavier Borie, qui en a pris les rênes il y a une vingtaine d’années, a hissé avec opiniâtreté ce cru parmi les plus prisés des amateurs qui n’achètent pas des grands bordeaux seulement pour les revendre, mais avec la ferme intention de les boire.

Rejoint en 2010 par sa fille Émeline et en 2020 par son fils Pierre-Antoine, François-Xavier Borie a supervisé de nombreuses évolutions ces dernières années, avec des extensions et rénovations du cuvier et des chais, sans grand manifeste architectural mais en allant vers toujours plus de précision dans l’intra-parcellaire, et en renouvelant son équipe technique : Christel Spinner, œnologue, a pris le poste de directrice recherche & développement depuis 2012 ; Antonio Flores occupe le poste de chef de culture depuis 2014 ; et Benoît Estassy est maître de chai depuis 2018. Un collectif soudé qui va dans le même sens : rester fidèle à l’esprit Grand Puy Lacoste, à son foncier inchangé depuis le classement 1855 (90 hectares dont 60 en production), à son style fin, classique et droit, qui ravit les amateurs de bordeaux et notamment les Britanniques – 44% du marché en primeurs pour le millésime 2019 !

Mais tout comme la discrétion n’est pas synonyme d’effacement, le classicisme n’est pas synonyme d’immobilisme. Ainsi, la famille Borie a dévoilé, pour les primeurs 2020, une caisse spéciale baptisée “Variation” équivalant au volume de 12 bouteilles (9 litres) disposé dans une caisse bois comprenant : 1 Double-Magnum, 2 Magnums et 4 Bouteilles. L’explication : “Comme en musique, la variation consiste à apporter des modifications à un ‘thème’ que ce soit sur le mélodique, le rythmique et l’harmonique. Nous avons ainsi choisi de rassembler dans une même caisse la variation des tailles de flacons permettant de découvrir l’évolution du vin dans le temps à travers ces trois formats”. De quoi régaler les collectionneurs, comme les amateurs qui se feront un plaisir de comparer les vieillissements en fonction des contenants. Cette caisse “Variation” se décline aussi bien pour le grand vin que pour le second, Lacoste-Borie. Un très bel achat en primeurs, surtout pour un vin sorti à un prix très attractif : 58,80 € HT, soit une hausse de +16,67%, mais bien en-dessous des prix du 2016, du 2017 et du 2018 (note de Terre de Vins 94/100).