De gauche à droite : Philippe Pellaton - Michel Chapoutier - Etienne Maffre.
De gauche à droite : Philippe Pellaton - Michel Chapoutier - Etienne Maffre.

L’interprofession des vins du Rhône envisage d’ores et déjà le « monde d’après ». Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à son siège en Avignon, elle a déroulé son plan d’action.

« Rebondir », c’est le maître mot d’Inter Rhône – l’interprofession des vins de la vallée du Rhône – à la suite de la crise sanitaire causée par la pandémie de Covid-19. « La période estivale va être capitale, a déclaré Philippe Pellaton, président du syndicat des vignerons des côtes-du-Rhône au cours d’une conférence de presse le 4 juin à la Maison des Vins à Avignon (84). Aussi, nous allons miser sur l’œnotourisme pour partir à la rencontre des consommateurs qui vont être majoritairement franco-français. » Dans cette optique, les enveloppes allouées aux programmes promotionnel 2020 et 2021 ont été réaffectées. « Nous augmentons de 15% le montant alloués aux opérations régionales et nationales, a précisé Michel Chapoutier, président de l’interprofession. Soit un montant de deux millions d’euros financés à partir de nos fonds propres. Nous consacrions jusque-là 70% de notre budget à l’export. Cette proportion passe à 50% ».

« Nous avons pris contact avec la mairie d’Avignon pour organiser de concert des apéritifs autour des vins de la vallée du Rhône sur la place du palais des Papes et dans les jardins de la ville », a complété Philippe Pellaton. Les insertions publicitaires à la radio, dans la presse et sur le digital vont être renforcées. « Les vignerons seront à pied d’œuvre pour accueillir les visiteurs sur leur domaine, enchaîne le responsable. Rappelons que notre vignoble compte 511 caveaux labellisés ‘Vallée du Rhône, Rendez-vous Terroirs’. » Un plan de soutien aux cafés, hôtels, restaurants durement frappés par la conjoncture, va également être mis en place. Au-delà, des outils et des animations, les professionnels rhodaniens militent en faveur de l’instauration d’une TVA de 10% sur les vins pour une période de six mois. Des actions sont également prévues en grande distribution.

« Pour autant, nous n’abandonnons pas l’export, souligne Etienne Maffre, le président de l’union des Maisons du Rhône. Nos opérations vont se poursuivre dans la quasi-totalité de nos marchés historiques, mais seront simplement réduites. » Les responsables professionnels excluent en revanche la distillation de crise dans leur programme de sortie de crise.