Chandon, marque du groupe LVMH dédiée depuis 1959 à la production de vins effervescents dans 6 pays à travers le monde, réaffirme sa fibre innovatrice en lançant sur le marché français une toute nouvelle cuvée qui casse les codes.

Les années se suivent et se ressemblent du côté de Chandon. L’an passé avait été marqué par l’arrivée dans l’Hexagone du Chandon Garden Spritz, assemblage de la cuvée brute produite par Chandon en Argentine et d’une liqueur d’orange spécialement créée pour l’occasion. 2022 sera l’année du « Chant des cigales » du nom d’un ovni dans le paysage viticole français. « C’est la première fois que nous produisons un vin en France », explique Morgane Pont-  Bruyns, Directrice de la culture globale de marques chez Moët Hennessy. « Cela marque le retour de Chandon sur ses terres d’origine avec Audrey Bourgeois comme co-créatrice ». En effet, c’est bien elle l’artisan principale de cette nouveauté. Responsable de l’innovation et coordinatrice des développements techniques des différents domaines Chandon, Audrey a mené ce projet en partant d’une feuille blanche, conseillée entre autres par Richard Geoffroy et Eric Lebel qui furent respectivement pendant plusieurs décennies les chefs de caves de Dom Pérignon et de Krug. C’est dire toute l’importance qui est donnée à cette création qui ne ressemble à rien de connu. Et Audrey d’expliquer que « Richard Geoffroy a soumis l’idée de produire un vin rosé du sud de la France avec une vivacité apportée par de l’effervescence. De nombreuses expérimentations ont donc été menées. L’idée était de mettre en avant notre maîtrise de l’art de l’assemblage avec des cépages typiques du sud de la France mais rarement réunis tous ensemble et encore moins pour un tel type de vin ». Ces cépages sont au nombre de 8 : grenache, syrah, cinsault, rolle, tibouren, mourvèdre, carignan et cabernet sauvignon. Un champ des possibles formidable pour parvenir à exprimer une aromatique délicate, et une texture singulière. Mais un casse-tête pour obtenir une couleur précise. En l’occurrence un rose saumoné élégant.

Un vin inattendu

Ce qui surprend immédiatement à la dégustation (à 8°-10°), c’est le côté charmeur et enveloppant du nez. Des arômes pas facilement identifiables mais plaisants. On s’attend donc à un vin relativement voluptueux en bouche or la surprise est de taille puisque ce vin est un brut nature. L’absence de dosage permet de conserver en bouche une sensation très droite, pas écrasante. Les raisins, ramassés par différents partenaires sur tout l’arc méditerranéen entre Perpignan et Saint-Tropez et essentiellement sur des vignobles assez proches de la mer, expriment une belle maturité mais pas de lourdeur. Une fine amertume vient accompagner la finale qui s’étire agréablement. Celle-ci peut toutefois avoir tendance à s’affirmer un peu trop lorsque le vin est servi trop frais. En se réchauffant un peu, les arômes fruités et floraux teintés de fruits rouges se distinguent plus aisément. De même lorsqu’un glaçon est ajouté dans le verre dès son premier service. Une autre manière de le consommer, non pas pour le rafraîchir mais pour en exprimer différemment la personnalité. Ses autres marqueurs sont une bulle présente mais délicate qu’Audrey aime qualifier de « frémissante ». Produit selon la méthode Charmat qui est apparue comme la plus à même d’atteindre le profil recherché (la méthode traditionnelle a été testée également mais abandonnée, tout comme les tentatives de dosage qui ne convenaient pas au vin). Produit pour sa première mouture à moins de 100 000 bouteilles, ce vin bio est un pari fait par Chandon. Celui d’imposer un type de vin certainement clivant mais assurément original. Outre la France, son lancement a lieu également au Japon, en Allemagne, en Suède et au Danemark. Être pionnier a toujours un coût. Ce « Chant des cigales » est donc proposé à 25€ la bouteille et sera plutôt à accompagner de mets pour être pleinement apprécié. Des sushis ou des sashimis de saumon et de thon lui vont très bien, des fruits de mer ou simplement de beaux fromages (chèvre, cantal par exemple) pour jouer, là aussi, sur la salinité du vin.


Moët & Chandon participera samedi à l’événement Champagne Tasting le 7 mai, à l’hôtel Salomon de Rothschild à Paris. Vous pouvez encore réserver vos places en cliquant ici.