Née en 1921, la cave d’Embres et Castelmaure est devenue dans les années 1970 la piste de décollage de la renaissance du carignan en particulier, des Corbières et du Languedoc en général. Elle fête ses cent ans cette année.

Depuis un siècle, la cave d’Embres et Castelmaure porte haut les couleurs du terroir de Durban, dans les Hautes-Corbières. Une couleur rouge vif, par la grâce de la macération carbonique appliquée à ses vieux carignans héroïques. La cave est sortie en précurseur de l’ère de production de masse dans les années 70 et met depuis ses 450 hectares de vignoble au service de cuvées qui font référence dans la région et de collections éphémères attendues chaque année. Rendez-vous le 4 septembre pour souffler les bougies.

Carignan superstar

Poussé à la surproduction dans l’ère de production de masse, le carignan peinait à mûrir, donnait des vins maigres et dilués, avec des arômes herbacés et des notes pneumatiques. Plus personne n’y croyait. Sauf, l’œnologue Marc Dubernet (dont le fils, qui dirige à présent le laboratoire narbonnais, référence internationale, Matthieu Dubernet, nous a parlé des goûts de fumée dans le vin), qui a appliqué la macération carbonique au carignan à Embres et Castelmaure avec la complicité du président et du directeur d’alors, Patrick de Hoÿm de Marien et Bernard Pueyo.

Bien connue en Beaujolais, cette méthode permet d’extraire, mieux et plus vite que la macération traditionnelle, un maximum de couleur et d’arômes de fruits rouges. Idéale pour les cépages à peau fine, elle évite des macérations traditionnelles prolongées pour le même résultat, qui extraient alors également des tannins âpres. Cépage star des Corbières en général et de cette zone des Hautes-Corbières en particulier, le carignan se prête particulièrement bien à la macération carbonique qui a permis de changer radicalement le profil des vins : de pâles et âcres, ils se sont faits souples et gourmands.
En imposant la vendange manuelle, la macération carbonique a aussi permis de conserver des vignes centenaires, là où d’autres zones ont été arrachées pour planter des ceps menés pour la vendange mécanique.

Inauguré en 2019, par Patrick de Marien, Bernard Pueyo, et son successeur à la direction de la cave, Antoine Robert, le conservatoire de cépages d’Embres et Castelmaure compte pas moins de 30 variétés de carignan noir sur les 79 cépages qui composent la parcelle.

Une gamme révolutionnaire

Dans la catégorie Remarquables, la cuvée la Pompadour fait mentir la marquise : elle aussi est des vins qu’une femme peut boire sans s’enlaidir*. Avec sa petite sœur, la Grande Cuvée et la N°3, les Remarquables sont des références de leur terroir depuis leur création (tout a commencé au début des années 1990 avec la naissance de la Pompadour, première cuvée élevée en barriques à la cave).
En 2001, la cave a initié l’Esprit du Vent : des cuvées éphémères, attendues chaque année à partir du 15 juin par les amateurs. Plus récemment, Une Autre Route emprisonne le fruit et les arômes fermentaires avec une mise en bouteille précoce suivie d’un élevage de deux ans à la cave. Les Désaxés constituent quant à eux « la gamme rock’n’roll, le ‘lab’ des vins atypiques » de la cave.

Leader sociétal et leader d’image

La cave d’Embres et Castelmaure fête surtout son centenaire avec la fierté d’avoir constitué un laboratoire pour relever le défi de la responsabilité sociale des caves coopératives à l’heure de la transition vers la qualité du vignoble languedocien. La quête de la qualité a été très tôt appliquée à la rémunération des coopérateurs (qui disposent également d’un stock à vendre et sont donc leurs propres commerciaux). Le choix de la macération carbonique impose des vendanges manuelles pour conserver les grappes entières, qui mobilisent une main d’œuvre significative au moment de récolter les 450 hectares des coopérateurs de la cave.
Dès la fin du XXème siècle, Embres et Castelmaure s’est imposée avec une poignée de vignerons indépendants-star, parmi les porte-étendards de la renaissance qualitative du Languedoc. Le design révolutionnaire des étiquettes, la présence sur de belles tables ont fait de ses vins des ambassadeurs essentiels pour l’image du Languedoc, lorsque celle-ci a commencé à changer dans les années 1990.

Aujourd’hui, la cave, labellisée HVE, accueille les visiteurs venus la visiter dans ses paysages somptueux au bout du bout du monde. Ils peuvent se restaurer grâce au food truck sur le quai de réception de la vendange (appelé fort justement Sur Le Quai et présent toute l’année, sauf… en période de vendange). Il sera l’épicentre de la journée Portes Ouvertes que donne la cave le samedi 4 septembre prochain, à partir de 11h du matin, avec dégustation de vieux millésimes, animations, découverte ludique de la cave, restauration ouverte via Sur le Quai. Puis le soir un concert aura lieu sur le quai de la coopé.
Entrée libre pour la journée, inscription pour la soirée 04 68 45 91 83.

Partenaire d’Embres et Castelmaure depuis 1985, la Maison Jeanjean lance avec la cave une cuvée anniversaire disponible en grande distribution pour les foires au vin, dont nous vous parlons ici.

* La marquise de la Pompadour réservait (à tort) cette qualité au seul champagne.