Hier, pour la première fois, le Bacchus Business Club de Bordeaux se tenait « hors les murs », dans le cadre de l’un des domaines les plus prestigieux au monde : le château Cheval Blanc à Saint-Émilion. Une centaine d’invités étaient réunis pour une soirée d’exception.

Le Bacchus Business Club, rendez-vous entre dirigeants d’entreprise autour du vin et de la gastronomie lancé il y a quelques mois par Terre de Vins, se déploie aujourd’hui à Bordeaux, Lyon, Marseille, et depuis peu Montpellier. Les membres du club bordelais avaient le privilège, hier, de participer à une soirée exceptionnelle, qui quittait les frontières de la capitale girondine pour s’aventurer sur la rive droite, dans le vignoble libournais. Et pas n’importe quelle propriété : le château Cheval Blanc à Saint-Émilion. Un nom de légende dont la capacité à faire rêver transcende les latitudes et les générations, comme en témoignait l’enthousiasme de la centaine d’invités réunis pour l’occasion.

Tous ont pu visiter le chai spectaculaire conçu par l’architecte Christian de Portzamparc, en écoutant religieusement le directeur technique de la propriété, Pierre-Olivier Clouet. Ce dernier, qui a la lourde responsabilité chaque année de faire « non pas le meilleur vin du monde mais le meilleur Cheval Blanc possible, en permettant l’expression de ce terroir unique dans le cadre de la singularité d’un millésime », a pu expliquer à l’auditoire l’engagement quotidien pour l’excellence qui est celle de toute l’équipe dirigée par Pierre Lurton (malheureusement absent, mais dont l’esprit et l’élégance planaient indéniablement sur la soirée) mais aussi l’implication environnementale de la propriété, orientée de façon massive vers l’agroforesterie.

Léa Nature à l’honneur

D’environnement, il était également question avec l’invité d’honneur de la soirée, Charles Kloboukoff, président-fondateur de Léa Nature, entreprise spécialisée dans les produits biologiques et naturels basée en Charente Maritime. Celui-ci a pu, interrogé par Rodolphe Wartel (directeur général de Terre de vins et fondateur du Bacchus Business Club) et Jack Bouin (ex-directeur régional du Crédit agricole d’Aquitaine et président du Bacchus Business Club Bordeaux), décliner sa vision anticonformiste de l’entreprise, du management et de la transmission, en soulignant les urgences écologiques et alimentaires auxquelles est confrontée notre société.

Au fil d’une soirée où les invités, t’ancien international du XV de France et joueur de l’Union Bordeaux-Bègles François Trinh-Duc, ont pu se régaler de millésimes 2009 et 2011 de Cheval Blanc, sans oublier un « Petit Cheval » blanc 2019 et un château Quinault l’Enclos 2018, quelques questions d’actualité ont également été abordées, comme l’imminence du premier tour de l’élection présidentielle, que chaque décideur présent doit scruter avec attention. Preuve que, même dans le cadre rêvé de l’un des plus grands domaines viticoles au monde, les réalités politiques, économiques et sociales ne sont jamais loin.

Photos Michael Boudot.

https://www.bacchusbusinessclub.com/