(photos ©F.Hermine)
(photos ©F.Hermine)

Les grands groupes comme les petites distilleries, en métropole comme dans les territoires ultramarins, les producteurs de rhums, cognacs, armagnacs, gins, vodkas et autres spiritueux ont adapté leur production pour lutter contre la pénurie de gel hydroalcoolique.

Ils ont été parmi les premiers à répondre aux inquiétudes des autorités sanitaires il y a deux semaines en ce qui concerne la pénurie de gel hydroalcoolique. La société Ricard, filiale française du groupe Pernod-Ricard a fait don de 70 000 litres d’alcool pur au Laboratoire Cooper, premier fournisseur de gels hydroalcooliques en pharmacie, afin qu’il puisse pourvoir aux besoins, soit l’équivalent de 1,8 million de flacons individuels de 50 ml. La laboratoire s’est engagé, de son côté, à reverser l’équivalent du don à des associations en lien avec le secteur de la santé. D’autres sociétés du groupe français ont adopté la même démarche pour contribuer aux efforts locaux, Absolut en Suède, Pernod Ricard USA avec plusieurs distilleries d’Arkansas, du Kentucky, du Texas et de Virginie Occidentale, Pernod Ricard Spain de l’autre côté des Pyrénées, Irish Distillers en Irlande… « En partageant nos ressources et en mettant à disposition notre outil de production ou nos stocks d’alcool partout où cela sera utile, nous voulons soutenir nos concitoyens et les autorités locales dans ce contexte exceptionnel » a commenté le Pdg Alexandre Ricard. Une initiative qui a valu au groupe français les félicitations… de Donald Trump qui a salué le week-end dernier « cette entreprise incroyable ».

Grands groupes et petites distilleries

Diageo, propriétaire des marques Johnnie Walker, Smirnoff, Tanqueray 10 et Guiness, a également décidé d’aider les industriels à produire du gel hydroalcoolique et a annoncé la semaine dernière la fourniture de 2 millions de l. d’alcool habituellement destinés à la production du gin et de la vodka. Cela devrait permettre la production de 8 millions de bouteilles de 250 ml de gel au Royaume-Uni, en Italie, aux Etats-Unis, au Brésil… Le groupe de luxe LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy) va également fabriquer du gel dans ses usines, non à partir des distilleries mais de trois sites de production dédiés aux parfums. Tereos, deuxième sucrier mondial avec sa marque Beghin Say, et l’un des leaders de la production d’alcool, « a engagé cinq de ses distilleries dans la fabrication de gel hydroalcoolique », a annoncé le groupe. Cette production, qui pourra atteindre 11 000 litres par semaine, sera mise gratuitement à la disposition des Agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches.

A LIRE AUSSI : [Covid-19] La filière Cognac se mobilise pour les soignants

D’autres distilleries françaises participent à « l’effort de guerre » comme les Distilleries Peureux, Armand Guy de Pontarlier, Paul Devoille, la Maison Ferrari à Marseille, l’Alambic Bourguignon à Beaune, La Distillerie du Sonneur au Mans, la Bordeaux Distilling Company… Les vignobles Arbeau en terroir de Fronton ont produit plus de 6000 l. d’alcool à partir de marc de raisin vendus aux pharmacies locales. Le Club des Marques, société de négoce en Armagnac, a fait don de 60 l d’alcool à 96° aux pharmacies gersoises de Nogaro et Manciet. Les distilleries de Matha de La Compagnie de Guyenne à Cognac (16) qui produit notamment les cognacs Meukow a mis en bouteille 4 à 5000 l. de solution en flacons de 50 cl., en partenariat avec un laboratoire d’analyses rochelais pour une distribution en Charente et Charente Maritime auprès des médecins, Ehpad, infirmières, aides soignants…

Voir ici une carte interactive des distilleries contre le Covid-19

Les distilleries ultramarines mobilisées

Ce sont désormais les distilleries d’Outremer qui participent à la lutte contre le coronavirus pour contrer les risques de pénurie de gel hydroalcoolique. Le groupe GBH à travers sa distillerie de rhum JM et les établissements Clément a adapté son process de production de rhum pour être en mesure de fabriquer gratuitement une solution hydroalcoolique et d’en organiser le conditionnement. Les poches en aluminium utilisées habituellement pour les bag in box de rhum transporteront un gel à partir de rhum à 90° complété de glycérine et d’un antibactérien comme l’eau oxygénée. Le gel a toujours un léger parfum de rhum mais n’est plus consommable. 10 000 litres ont ainsi été fabriqués et la livraison se fera gracieusement en relation avec la préfecture de la Martinique et l’ARS, département de santé de Fort-de-France, auprès des professionnels de santé, de l’armée, de la gendarmerie et des pompiers. En Martinique, les autres distilleries se sont accordées via le Comité martiniquais d’organisation et de défense du marché du rhum (Coderum) pour fournir les quantités d’alcool nécessaires à l’élaboration de gel aux autorités sanitaires, l’alcool étant produit à la distillerie Saint James qui livre à l’usine de produits sanitaires Prochimie.

Les distilleries et sucreries de Guadeloupe et Marie Galante se sont également associées pour fournir 10 000 l. d’alcool de canne à 96° à l’État qui se charge de trouver une entreprise pour produire le gel. En Guyane, c’est l’unique distillerie du département, les rhums Saint Maurice à Saint-Laurent-du-Maroni (producteur des marques elle Cabresse et La Cayennaise) qui vont offrir 4000 l. d’alcool, à 90° au centre hospitalier de Cayenne. A La Réunion, le groupe Isautier a relancé la fabrication de solution hydroalcoolique à l’usine de Saint-Pierre qui était à l’arrêt. Le GIE Rhum Réunion s’est proposé pour réaliser l’embouteillage de ces 30 000 l. supplémentaires de solution hydroalooclique dans des bouteilles d’un litre en verre qui devraient servir à recharger les distributeurs.