Après avoir inauguré, lors des vendanges 2021, un nouveau cuvier, ce nouveau chai a été dévoilé en début de semaine, en présence d’une cinquantaine de représentants français et étrangers du monde du vin.

Stéphane Dessirier, Directeur Général du groupe MACSF (Mutuelle d’Assurance du Corps de Santé Français propriétaire du château depuis 2011) mais aussi président du château Lascombes, et Dominique Befve, Directeur Général du château Lascombes, ont pu louer les qualités de ce nouveau chai qui privilégie « la précision plus que le paraître, et la technicité plus que l’ostentation ». Un chai à l’image de l’appellation Margaux, sans exubérance tapageuse mais aussi un chai où l’histoire et la modernité se réconcilient. Le nouveau bâtiment surprend par ses dimensions larges, et une fonctionnalité qui n’exclut pas l’esthétique comme le démontre l’habillage du monte-charge habillé de feuilles d’aluminium polies, telles des miroirs posés en écailles sur la structure. Le plafond du nouveau chai est plaqué de voliges en peuplier clair qui apporte beaucoup de douceur et de pureté. Clin d’œil à la tradition, les poteaux qui portent la charpente sont en fonte thermolaquée et ont été fabriqués dans l’une des rares fonderies françaises qui existe encore. Le chai a été pensé pour optimiser le temps de circulation des cuvons, pour faciliter le confort de travail et les économies d’énergie.

David Bireau et Dominique Befve

L’inauguration du nouveau bâtiment a été l’occasion de donner, dans l’élégant château de la fin du 18ème siècle, un diner remarquable concocté par le chef étoilé Michel Trama (l’Aubergeade à Puymirol, dans le Lot-et-Garonne) et servi par le traiteur réputé Monblanc. Neuf vins rouges du château ont été servis et commentés par des personnalités comme Michel Rolland le célèbre œnologue qui conseille le château depuis 2001, David Biraud, meilleur sommelier de France, vice-champion du monde de sommellerie et MOF, Markus Del Monego (meilleur sommelier de l’Allemagne) mais aussi Dominique Befve. Tous ces vins, sauf l’étonnant 1928, ont été servis en grands contenants. Un voyage extraordinaire grâce à des millésimes confirmés (1961, 2005), ou des millésimes improbables et plus risqués comme l’étonnant 1957 : « un millésime oublié qui se tient bien à Lascombes grâce a Alexis Lichine qui était un grand vinificateur. Un vin qui confirme le grand savoir-faire sur des petits millésimes et le beau terroir du château Lascombes » commentera Dominique Befve, un des grands artisans de la notoriété du château.

Ce 21 avril 2022, au château Lascombes, à Margaux, restera une parenthèse enchantée, un pur moment de grâce et un fabuleux voyage dans le temps comme les vins de Bordeaux sont capables d’en donner.