À l’occasion du ban des vendanges, « Terre de Vins » a recueilli les premières impressions des vignerons de Châteauneuf-du-Pape sur le millésime 2016. Leur avis est unanime : la qualité de la vendange est splendide et la récolte se déroule dans des conditions idéales.

C’est dans la salle du château, ancienne résidence d’été des Papes, que le ban des vendanges a été prononcé à Châteauneuf-du-Pape, le 7 septembre dernier. Fixée au 12 septembre, la date a été approuvée par le conseil municipal de la commune. « Autrefois il fallait obtenir une dérogation pour donner les premiers coups de sécateur avant la prononciation du ban, souligne Amélie Barrot, du Château des Fines Roches. Aujourd’hui, c’est une tradition qui donne lieu à un rendez-vous convivial entre vignerons. » D’ailleurs, la vigneronne a vendangé ses premiers raisins le 6 septembre. Et la qualité est plus qu’au rendez-vous. « Pour l’instant, c’est splendide et très motivant !, se félicite t-elle. La météo 2016 a, incontestablement, été de notre côté. Il n’y a aucune pression phytosanitaire. »

Thierry Usseglio (photo ci-dessous), du domaine Pierre Usseglio & fils et président de l’organisme de défense et de gestion (ODG) de l’appellation, livre un son de cloche identique. « Cette année, le seul tri que nous faisons c’est d’enlever les feuilles. Au-dessous, les grappes sont superbes ! » Les premiers grenaches blancs rentrés par le vigneron titraient 14% vol. Les syrahs sur le secteur de Lirac, où il possède également un vignoble, entre 14, 5 et 15% vol. « L’hiver n’a pas été très froid, poursuit-il. Le printemps a été doux et l’été chaud et sec. Ces conditions sont particulièrement favorables aux cépages de la vallée du Rhône méridionale, grenache, syrah, mourvèdre et cinsault. » Et si les températures actuelles continuent sur leur lancée, les vendanges pourraient se dérouler en un temps record. « D’ici une dizaine de jours, tout devrait être terminé », précise Thierry Usseglio. Quant au volume de récolte, il sera très certainement inférieur à l’an passé. « Les rendements en jus sont plus faibles qu’en 2015 du fait des températures élevées de ces dernières semaines », reconnaît Thierry Usseglio. Reste que de l’avis des vignerons de Châteauneuf-du-Pape, 2016 se profile parmi les grands millésimes de l’appellation.