Sortie en kiosques aujourd’hui du nouveau numéro de « Terre de Vins ». De Bordeaux à la Bourgogne, du Languedoc à la Champagne, en passant par l’Andalousie, ce numéro aux accents printaniers a clairement la bougeotte et vous fait voyager sur toutes les routes du vin.

Le sourire en couverture de Jean-Pierre Bouillac, vigneron dans le Blayais, en dit long : ce numéro 40 de « Terre de Vins » sera plus que jamais un numéro dédié à la convivialité, au partage, et à l’amour du vin sans frontières ni chapelles. La preuve d’emblée avec un cahier dégustation consacré aux vins des Côtes de Bordeaux – Blaye, Francs, Cadillac, Castillon – où les amateurs peuvent dénicher de superbes rapports qualité-prix, dont le Château Clos du Loup du vigneron cité ci-dessus.

Le meilleur antidote au « Bordeaux Bashing », à l’heure où, comme le souligne Rodolphe Wartel dans son éditorial, le vignoble girondin est une nouvelle fois montré du doigt (« Cash Investigation » est passé par là) pour son usage massif de pesticides. Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, Bordeaux n’est pas seulement le mauvais élève de la viticulture durable, c’est un vignoble où l’on peut dénicher de superbes pépites, produites avec respect de la terre et du consommateur. C’est aussi un vignoble où certains trésors sont en péril, comme le montre la menace que fait planer le projet de Ligne à Grande Vitesse sur le fragile écosystème de Sauternes. C’est, enfin, un vignoble qui ouvre de plus en plus ses portes aux visiteurs du monde entier, comme le confirme la future ouverture de la Cité du Vin, en juin prochain.

Bize-Leroy, Selosse, Coutanceau…

Mais il n’y a pas que Bordeaux, loin s’en faut. Pour ce numéro de printemps, l’équipe de « Terre de Vins » a chaussé ses bottes de sept lieues. Elle s’est rendue à Beaune, pour une escapade au fil des grandes maisons de négoce qui ont façonné l’histoire du vignoble bourguignon ; elle est aussi partie à la rencontre d’une grande dame du vin, Lalou Bize-Leroy, qui à la veille de ses 84 ans, a accepté de revenir sur son incroyable trajectoire durant laquelle elle a notamment présidée à la destinée de la Romanée Conti. Histoire et transmission sont aussi à l’honneur dans la « saga » consacrée à une grande famille de Champagne, le clan Selosse.
Bien plus au Sud, ce numéro vous emmène en Terrasses du Larzac, au Mas des Quernes en compagnie de l’œnologue Jean Natoli. Il vous donne à découvrir quelques pépites rhodaniennes piochées du côté de Vinsobres. Il ouvre enfin votre appétit avec un stage de cuisine à Nîmes avec le chef Cédric Bernard, qui travaille le poisson comme personne.

Appétit(s) toujours avec le chef Grégory Coutanceau, qui nous livre ses plus beaux accords mets & vins (« Terre de Vins » vous donne d’ailleurs rendez-vous à La Rochelle les 19 et 20 mars pour son Salon des Vins) ; avec les meilleures bouteilles à ouvrir sur un camembert de Normandie – pas si simple, vous verre – ou sur l’agneau pascal ; avec deux superbes rieslings bio à savourer un soir de printemps ; avec une escapade en Andalousie, sur la route des vins de Jerez et du jambon ibérique ; et bien sûr, avec les chroniques de Pierre Arditi et Yann Queffélec, deux amoureux des arts, des lettres, de la table et du vin, qui nous font partager à chaque numéro leurs coups de cœur et leurs souvenirs. « Il ne faut pas pleurer sur ce qui n’est plus mais être heureux de ce qui a été », nous dit Arditi. Une belle devise à la veille du Printemps.

« Terre de Vins » n°40, 106 pages, 6 €. En kiosques le 2 mars.
Suivez ce lien pour vous abonner au magazine ou le commander au numéro.