Les six enfants de Jean Kressmann, copropriétaires du Château Latour-Martillac. (photos Audrey Marret)
Les six enfants de Jean Kressmann, copropriétaires du Château Latour-Martillac. (photos Audrey Marret)

Dans le Bordelais, le cru classé de Graves a inauguré son nouveau chai et un nouveau cuvier pour les vins rouges. Des travaux lancés en 2018 par la famille Kressmann, pour la nouvelle génération appelée à lui succéder.

Épurés mais précis, élégants sans ostentation : le nouveau cuvier et le nouveau chai du Château Latour-Martillac cultivent la sobriété heureuse. Opérationnels pour les vendanges 2019, les bâtiments ont été inaugurés officiellement ce lundi, en présence d’une centaine d’invités réunis autour de la famille Kressmann.

Le cuvier, signé par l’architecte bordelais Philippe Ducos, privilégie la fonctionnalité : baigné par la lumière naturelle du jour, il rassemble vingt-deux cuves en inox de 124 et 70 hectolitres réservées aux vins rouges, remplies par gravité. Au sous-sol, le nouveau chai de 600 m2 peut accueillir deux millésimes. Les installations pour les vins blancs, déjà existantes, ont été conservées.
Avec ces nouveaux espaces de travail, la capacité totale de production du cru classé de Graves à l’étiquette noir et or monte à 4500 hectolitres, tout en privilégiant une meilleure sélection parcellaire.
« Nous avons de la lumière, du confort, de la précision. Tout est réuni pour exprimer le meilleur de nos cabernets sauvignons, de nos merlots et de nos petits verdots », se réjouit Tristan Kressmann, président des vignobles familiaux.

« Un pari sur l’avenir »

Les aménagements intègrent un nouveau circuit de visite ainsi qu’un espace de dégustation flambant neuf et une boutique. « Ces nouvelles installations vont également permettre de mieux recevoir nos partenaires de négoce et de relancer notre activité œnotouristique », poursuit Tristan Kressmann, aussi très impliqué dans la promotion de la route des vins de Bordeaux en Graves et Sauternes.

Propriété depuis 1930 de la famille Kressmann, le Château Latour-Martillac – 54 hectares dans l’appellation Pessac-Léognan – appartient aux six enfants de Jean Kressmann, disparu il y a tout juste vingt ans, en l’an 2000. Une fratrie qui songe à passer la main dans les meilleures conditions avec ces derniers grands travaux.

« C’est une autre notion de l’architecture que nous avons, explique Loïc Kressmann, directeur général des vignobles. Nous avons fait en sorte que la jeune génération soit associée à notre réflexion. Nous avons essayé de livrer à nos enfants un outil fonctionnel sur lequel ils n’auront pas besoin de revenir avant plusieurs années. » De fait, Edouard Kressmann, le fils de Loïc, a récemment rejoint l’équipe du domaine en se chargeant pour l’instant de la qualité et de l’environnement.

« Ce chai, c’est le pari sur l’avenir d’une famille unie », reprend Tristan Kressmann. Dans dix ans, rappelle-t-il, la famille Kressmann fêtera ses cent ans au Château Latour-Martillac. « Notez la date ! »

Ci-dessous : Tristan Kressmann, président des vignobles familiaux.