(photo Millésima)
(photo Millésima)

Juste avant le coup d’envoi de la vingtième édition de Vinexpo la semaine prochaine, plusieurs “marques fortes” de Bordeaux ont mis en marché leur millésime 2018. Calon-Ségur, Les Carmes Haut Brion ou encore Château Palmer font partie des sorties les plus scrutées.

L’approche du salon Vinexpo, du 13 au 16 mai à Bordeaux, semble donner des ailes aux différentes sorties primeurs. De beaux noms commencent à mettre les vins sur le marché, à l’instar de Château Sociando-Mallet, en hausse de 12% à 28 € HT (PRC – Prix de revente conseillé) quand Haut-Bages Libéral s’offre à 34,65 € HT, une augmentation de 8%. Notons également, toujours dans la péninsule médocaine, Château Fourcas Hosten à 15,40 €, un prix 10% plus élevé qu’en 2017.

La rive droite n’est pas en reste, avec la commercialisation de Château Gazin, à 72,80 € HT (+8%), Château Clinet à 74,90 €, +14%, Châteaux Mazeyres et Fonroque, les deux propriétés gérées par Alain Moueix, à 23,25 € HT (+4%) et 27,65 € (+7%).

Du côté de Pessac-Léognan notons Château Malartic-Lagravière rouge à 40,60 € HT et 44,80 € HT pour le blanc.

En ce début de semaine, ce sont les châteaux Beychevelle et Prieuré-Lichine qui sont sortis à 70 € HT (+14%) et 33,88 € HT (+9%) suivis par Château Valandraud, à Saint-Émilion, à 148 € HT (+29%).

Enfin, Château Calon Ségur affiche ses ambitions avec un prix de 84 € HT, une augmentation de 20% , Château Pavie Macquin à 61,60 € HT (+ 2%), Château Les Carmes Haut-Brion à 79,90 € HT ou Château Meyney à 23,80 € HT, une hausse de 12%.

Château Beau-Séjour Bécot, acclamé par la critique suite à son changement de style, reste « sage » avec une hausse de 9 % à 51,90 euros HT.

Côté bonnes affaires, le Château Marjosse, propriété personnelle de Pierre Lurton qui gère Château Cheval-Blanc et Château d’Yquem, est offert, pour sa version rouge, à 7,40 € HT.

Enfin, Château Palmer, dont on sait que les rendements ont plongé à 11 hl/ha suite aux affres du mildiou, est commercialisé à 280,00 euros HT, une augmentation de 25 %. Une stratégie « bourguignonne » où la faible quantité produite semble être corrélée avec une hausse inévitable du prix