(photo Millésima)
(photo Millésima)

Dernier millésime de Denis Durantou, Château L’Église-Clinet 2019 (Pomerol) vient d’être mis sur le marché des primeurs. Le prix est en baisse de -2,9% par rapport au millésime précédent. Découvrez en exclusivité la note et le commentaire de Terre de Vins, ainsi que les autres vins de la famille Durantou.

Personnalité admirée et respectée du vignoble bordelais, Denis Durantou s’est éteint il y a quelques semaines à l’âge de 63 ans. Parmi ses grands accomplissements, il a hissé son vignoble familial de L’Église-Clinet (4,5 hectares à Pomerol) parmi les valeurs sûres de la rive droite. Son dernier millésime, 2019, vient d’être mis sur le marché des primeurs, au prix de 204 € revente négociant, soit une baisse de -2,9 par rapport au millésime précédent. Cela équivaut à un prix indicatif consommateur de 238 € HT. Les autres vins de la famille Durantou avaient été mis en marché la semaine dernière : La Petite Église (Pomerol, 32,90 € HT), Château Montlandrie (Castillon Côtes de Bordeaux, 14,84 € HT), Château La Chenade (Lalande-de-Pomerol, 14,00 € HT), Château Saintayme (Saint-Emilion Grand Cru, 11,66 € HT), Château Les Cruzelles (Lalande-de-Pomerol, 18,20 € HT).

EXCLUSIF – Les notes et commentaires de Terre de Vins

Château L’Église-Clinet – Pomerol
97-98

90% merlot, 10% cabernet franc. Nez sur l’élégance, presque sur la réserve, un fruit net s’avance sur la pointe des pieds. On n’est pas face à un pomerol démonstratif. Très joli toucher de bouche, texture crémeuse et veloutée, fruit plein, mûr, sur la réglisse et l’épice ; la complexité aromatique se déploie progressivement, portée par des tanins délicats, une belle fraîcheur sur la finale, juteuse et salivante. L’ensemble est très enrobé, intégré, ce n’est pas un vin qui se donne mais qui se mérite, avec une grande promesse de garde. Grande classe.

La Petite Église – Pomerol
93

Depuis 2017 et le lancement d’une politique de restructuration du vignoble, le profil de ce second vin a été “resserré”, notamment sur de jeunes cabernets francs. Profil foral, épicé, tonique. En bouche, une jolie matière savoureuse, une concentration sans excès, avec une texture onctueuse et des tanins caressants. Du soyeux et de la gourmandise.

Château Montlandrie – Castillon Côtes de Bordeaux
92-93

Sur les hauteurs de Castillon, un vignoble en amphithéâtre, 15 hectares en production, projet ambitieux lancé par Denis Durantou il y a plus de dix ans, enrichi d’une production d’huile d’olive. Beaucoup de finesse au nez, une touche florale et camphrée, des notes crayeuses, une aromatique d’orange sanguine. Bouche tonique, juteuse, mûre, énergique, saignante. C’est un castillon racé et gourmand, fruit d’un gros travail de sélection à la vigne. Finale signée par une belle minéralité.

Château Les Cruzelles – Lalande de Pomerol
91

80% merlot, 20% cabernet sauvignon sur terroir argilo-graveleux. Nez intense de fruit noir très mûre, touche pommadée. Du crémeux, une certaine densité, le jus est net, sur un fruit noir légèrement compoté. Bonne vivacité, note toastée en finale.

Château La Chenade
89-90

Issu de terroirs plus sableux et de vignes plus jeunes du vignoble des Cruzelles, La Chenade exprime un fruit noir chaleureux, sur le profil solaire du millésime, assez gourmand et digeste quoique marqué par son élevage à ce stade.

Château Saintayme – Saint-Emilion Grand Cru
90-91

La famille Durantou n’est pas propriétaire mais conduit ce vignoble depuis 2003. 100% merlot. Nez vif et précis, fruit bien mûr, opulent, très merlot, légère touche kirschée et réglissée. Attaque sur la vivacité, le croquant, ce vin présente une jolie allonge, des tanins fins, un profil droit et désaltérant.

Retrouvez dans les kiosques le dossier Primeurs dans le numéro collector de Terre de Vins. 400 vins du millésime 2019 dégustés en exclusivité.