Tout au long de la période des Primeurs et en marge du n°71 de Terre de Vins en kiosques depuis le 19 mai, des figures du vignoble bordelais nous font partager leur regard sur le millésime 2020 et la campagne qui s’annonce.

Aujourd’hui : Philibert Perrin, Château Carbonnieux (cru classé de Graves) et président du syndicat de Pessac-Léognan.
Quels sont les grands traits de ce 2020 en Pessac-Léognan ?
« C’est un très beau millésime qui s’inscrit dans une trilogie successive. C’est rare, la dernière datait de 1988-89-90. Les vendanges ont été précoces. Les blancs ont été ramassés juste après le 15 août, pour vendanger des raisins frais, vifs, aromatiques. On retrouve le style aromatique des pessac-léognan, mais ce bel ensoleillement nous a donné des vins plus riches en bouche, gras, amples, onctueux et longs que les millésimes précédents. En rouge, les vendanges ont commencé début septembre, pour récolter à maturité optimale des merlots très fruités et croquants. On constate beaucoup d’onctuosité, liée à des acidités un peu plus basses que d’habitude, qui confèrent volume, crémeux et suavité en attaque de bouche. Les cépages plus tardifs, cabernet sauvignon et petit verdot, ont aussi eu une maturité parfaite, c’est un réel plus. Quand le cabernet sauvignon est réussi, comme en 2020, le millésime est grand. Au-delà de cette belle matière et concentration, on note une baisse de production de 26 % sur le rouge et de 18 % sur le blanc par rapport à 2019, du fait de quelque gelées de printemps, d’une pression de mildiou et d’un été chaud et sec, qui a donné de petites baies. »

Terre de Vins n°71, spécial Primeurs 2020 à Bordeaux, actuellement dans les kiosques.