Nouveau rebondissement dans le classement 2022 de Saint-Émilion, dont l’examen est en cours : après Cheval Blanc et Ausone, c’est un autre Premier Grand Cru Classé ‘A’, Château Angelus, qui décide de retirer sa candidature.

Les semaines se suivent et le ciel s’assombrit toujours un peu plus pour le prochain classement de Saint-Émilion. Déjà fortement chahuté par l’annonce du retrait des Premiers Grands Crus Classés ‘A’ historiques que sont Château Cheval Blanc et Château Ausone en juillet dernier, et toujours suspendu aux incertitudes judiciaires qui planent encore sur le classement de 2012, le classement 2022, qui est actuellement en cours d’examen pour une divulgation à l’automne, connaît de nouveaux rebondissements en ce début d’année.

Dernier en date, et non des moindres : le château Angelus, qui avait accédé au statut de Premier Grand Cru Classé ‘A’ en 2012, vient d’annoncer le retrait de sa candidature. Déplorant les procédures « toujours en cours » sur le classement de 2012, rappelant les problèmes qui avaient déjà entouré le classement de 2006 et pointant du doigt le fait que deux propriétés ont déjà posé un recours devant la justice concernant le prochain classement 2022 (les châteaux Croix de Labrie et Tour Saint-Christophe, pour des questions d’assiette foncière, comme le révélaient récemment nos confrères de Vitisphère), Angelus évoque un « contexte délétère », « en prend acte et quitte ce système en se retirant du classement de 2022 ».

Dans un communiqué, le château poursuit : « Naturellement, la décision récente qui, après plus de dix années de procédure, a sanctionné Hubert de Boüard au paiement d’une amende en lui reprochant sa participation aux instances professionnelles, nous conforte dans ce choix de nous extraire d’une procédure dont la viabilité ne parait plus assurée, et dont les avantages n’équilibrent plus les risques de mises en cause injustes. Avec humilité, Angelus continuera d’inscrire sa trajectoire dans la même quête d’excellence et se consacrera plus que jamais à sa vocation première, que perpétue la famille de Boüard de Laforest depuis huit générations : produire de grands vins propres à traverser les époques, qui soient le reflet de leur appellation, de leur terroir et de chaque millésime. »

En conclusion, Stéphanie de Boüard-Rivoal, Présidente d’Angelus, déclare : « Si les valeurs qui nous sont chères et la dynamique dans laquelle Angelus est aujourd’hui engagé nous conduisent à considérer le système actuel comme inadapté aux enjeux de notre domaine et de son appellation, l’attachement de notre famille à la région et à la réputation de ses vins demeure intact. Angelus continuera à faire rayonner Saint-Emilion et les grands crus du bordelais sur tous les continents, et sous toutes les latitudes »

Plus d’informations prochainement.