Photo: M. Jolyot
Photo: M. Jolyot

La fusion entre le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte et la Coopérative Régionale des Vins de Champagne était attendue depuis deux ans. Elle a été votée le 15 décembre par deux assemblées générales extraordinaires pour donner naissance à un nouveau groupe « Terroirs & Vignerons de Champagne » qui figure désormais parmi les trois premiers opérateurs de la Champagne.

Ils se sont enfin dit « oui » ! C’est un événement majeur de la géopolitique du champagne dont le processus avait été lancé il y a deux ans : la naissance d’un nouveau groupe qui fusionne le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte et la Coopérative Régionale des Vins de Champagne. La force de frappe de cette entité est considérable, puisqu’elle figure désormais parmi les trois plus importants groupes de la Champagne. Les deux assemblées générales extraordinaires des deux unions de coopératives ont validé la fusion le mercredi 15 décembre, et celle-ci sera effective le 31 décembre.

A lui seul, le nouveau groupe baptisé Terroirs & Vignerons de Champagne, représente 6000 vignerons et 3000 hectares soit 9 % de la surface de l’appellation ! Il représente un potentiel de production de 24,5 millions de bouteilles et ambitionne d’atteindre la barre des 300 millions d’euros de chiffre d’affaires et 5 % des parts de marché en volume dans les cinq ans. Pour parvenir à cet objectif, il peut compter sur un joli portefeuille de marques : Nicolas Feuillatte tout d’abord, troisième marque de champagne la plus vendue au monde, avec un positionnement de « luxe accessible », la Maison Abelé 1757 récemment acquise, dont la vocation est de conserver son identité de négociant avec un réseau de vignerons partenaires indépendants et un positionnement ultra-premium, Castelnau enfin, un champagne très apprécié des connaisseurs, réputé pour ses longs vieillissements en cave, commercialisé exclusivement « on trade » et dont le positionnement sera affiné.

L’architecture de Terroirs & Vignerons de Champagne est construite autour de « centres de profit qui ont chacun la responsabilité directe de la génération de revenus commerciaux, de la performance économique et du développement : Champagne Nicolas Feuillatte, Champagne Castelnau, Abelé 1757, et un pôle de « Services » destiné aux prestations et aux collaborations avec des partenaires privilégiés ». Ce dernier axe devrait faire l’objet d’un développement particulier afin de tirer parti de l’« expertise vins » et de « l’excellence technique remarquable » réunies au sein du groupe. Le siège sera au domaine Plumecoq à Chouilly, la présidente sera l’ancienne présidente du Centre vinicole Nicolas Feuillatte, Véronique Blin, et le directeur général, Christophe Juarez.