(photos F. Hermine)
(photos F. Hermine)

Les vignerons corses étaient venus en force à Wine Paris avec une vingtaine de stands, une table de dégustation mais également au comptoir corse avec mets et vins de l’île qui ont remporté un franc succès sur table.

A se demander si le plus gros succès de Wine Paris ne sera pas corse cette année, ne serait-ce qu’à l’aune de la file d’attente du comptoir corse du hall 4. La formule, lancée sur Vinexpo en 2003 à l’initiative du directeur de l’interprofession Bernard Sonnet, avait déjà fait ses preuves sur les rives du lac bordelais et à Vinisud. L’idée novatrice, il y a une quinzaine d’années, était de promouvoir les vins de l’île avec sa gastronomie et de les mettre en scène à table à côté des stands. Le concept sur Wine Paris s’est révélé encore une fois une réussite avec l’aide, dans l’assiette, du veau corse et des beignets au brocciu, et entre les tables d’une équipe d’une douzaine de sommeliers corses dynamiques et pédagogiques. Les formules proposées avec dégustations de vin à volonté ont remporté un franc succès et attisé la curiosité des visiteurs.

Aux cuisines, des chefs comme Romain Aïcardi du Sole e Monte, Clément Calendini du Col Tempa de Bastia et Nicolas Stromboni du Chemin des Vignobles d’Ajaccio participaient à la découverte des accords mets-vins. 26 vignerons étaient également à pied d’œuvre quelques mètres plus loin derrière leurs stands – ils étaient 20 l’an dernier, avec pour la première fois cette année, une zone de dégustation libre dans les trois couleurs avec les cépages définis par arômes.

Diversifier les couleurs, les cépages et les marchés

“Wine Paris est pour nous le principal salon sur lequel il faut miser désormais et auquel nous consacrons la majeure partie de notre budget (1 M € pour la promotion sur une enveloppe globale de 1,7M), estime Caroline Franchi-Martinetti, directrice adjointe du Comite Interprofessionnel des vins de Corse. Huit vignerons seront présents également à ProWein sur un stand collectif où le corail a remplacé le rosé fuchsia et un partenariat est prévu en octobre au Québec dans le cadre d’un événement mondial de la sommellerie mais nous voulons surtout nous recentrer sur le continent où nous ne sommes pas assez présents en dehors de la GD”. D’où une nouvelle action pour les prescripteurs CHR et le grand public à Lyon depuis 2019, reconduite en avril prochain avec le projet de l’étendre à une autre ville de province en 2021. “Nous voudrions impliquer également, sur une opération d’une semaine, restaurateurs et cavistes avec challenges, jeux concours, dégustations dans le but d’augmenter les référencements de vins corses”. Car actuellement si le Continent reste le premier marché des vins corses avec 45% des expéditions, en augmentation de 80% en volumes entre 2006 et 2018, de 187% en valeur, il reste aux deux tiers concentrés en grandes surfaces et à 93% rosés. Il y a pourtant matière à diversifier, en couleurs bien sûr (actuellement la production corse est à 67% rosé, 18% rouge et 15% blanc) mais également en cépages avec une richesse ampélographique accrue ces dernières années avec la replantation de cépages autochtones tels le bianco gentile, le barbarossa, le genovese, le minustellu, le carcaghjolo nero…