En complément du dossier Primeurs du magazine Terre de Vins, en kiosque depuis le 18 mai, voici une sélection, exclusive pour notre site web, de vins du millésime 2021 dégustés par notre rédaction et que nous recommandons.

POMEROL

Château Bel-Air
C’est un pomerol dans toute sa splendeur, 100% merlot sur le crémeux, l’approche souple et sensuelle du fruit, l’opulence contenue. La bouche est crémeuse et enrobée, pleine de suavité, soutenue par un grain de tannins qui a un poil de rugosité mais s’exprime sur la buvabilité. C’est très bon !
91-92

Château Saint-Pierre
Une expression de fruit très intense, on est entre la rhubarbe, la fraise écrasée et une note de violette. La bouche est droite, assez fuselée, escortée de tannins finement grillés, sur une touche d’austérité mais avec un joli potentiel d’évolution et un crémeux final en bouche qui signe bien l’ensemble. Une part de rafle dans la vinification se signale bien dans le toucher.
92-93

La Petite Eglise (Eglise-Clinet)
Encore un peu timide, sous l’effet d’un élevage qui s’exprime encore (quoiqu’en élégance), l’aromatique met du temps à déployer son caractère floral et sa jolie palette de fruit à point. La bouche est fraiche et élancée, tonique, bien bâtie sur une jolie architecture (acidité, tannins, rien ne dépasse), un poil zestée et acidulée surtout sur la finale. On est en présence d’un très joli « Petite Eglise » qui décline un profil sur la pointe des pieds, élégant, fin et très digeste.
93-94

Manoir de Gay
Fruit intense, très mûr, légèrement alcooleux – on a une certaine intensité aromatique qui lorgne vers l’eau de vie. Joli crémeux en bouche, de l’opulence, de l’amplitude mesurée, une texture en souplesse et en soyeux, conclue en finale par un léger côté strict et resserré. Une légère dilution en finale. Gourmand !
92-93

Château Lagrange
100% merlot. Nez sur la retenue, un fruit rouge bien marqué, avec une touche d’eau-de-vie de cerise et de noyau. En bouche, un agréable velouté, jolie matière souple et digeste, sans opulence mais bien centrée, des tannins fondus et une bonne fraicheur d’ensemble. Pas d’astringence ni d’amertume, on est sur une certaine gourmandise, avec une matière un peu resserrée en finale, agréablement signée par une note cacaotée.
89-90

Château Lafleur-Gazin
Un nez plutôt fraise des bois voire fraise écrasée, touche de myrtille, un côté fruit sauvage ou cerise cueillie sur l’arbre, soulignant un bel éclat fruité. La bouche est droite, à la limite de la sveltesse, assez élancée et tonique, compensant avec une jolie cohérence et une belle buvabilité ce qui lui manque en étoffe. Le vin se déroule sans accroc jusqu’à la finale, toujours en souplesse.
90-91

Château La Grave
Profondeur et concentration, un côté ancré. Du sérieux dans une expression de fruit en confiserie, touche de cerise au chocolat… Bouche marquée par une bonne concentration, de la densité, un toasté présent mais bien intégré, une certaine rigidité tannique qui laisse à ce stade son empreinte sur la souplesse de la chair. Bonne allonge, finale désaltérante. A suivre une fois que l’élevage se sera fondu.
91-92

Château Latour à Pomerol
Dans un style feutré, bois ciré, cuir, coulis de mûre, « l’autre Latour » (8 ha à Pomerol) se singularise une nouvelle fois par son caractère assez sérieux, droit dans ses bottes. Le merlot un poil alcooleux au nez, lorgnant vers une sucrosité démonstrative, se révèle très droit en bouche, construit en hauteur, étiré sur une chair ferme mais sans débords, calé sur une ossature tannique saillante, autour d’une bonne acidité. Boisé encore marqué mais non sans élégance. Un intéressant potentiel d’évolution.
92-93

Château Bellegrave
Netteté du fruit, on a une expression directe, précise, sans fioriture. Le fruit est pur et pimpant, sans exubérance mais sans un immense éclat non plus. La texture est au rendez-vous, crémeuse, « pomerolesque », assez juteuse, sur une jolie expression aromatique (qui mériterait davantage d’allant) et une bonne cohésion du début à la fin. C’est bon !
91-92

Clos l’Eglise
Premier nez sur un registre presque restreint, le fruit se présente sur la retenue. Fruit noir à point, un peu timide, sans exubérance. Bouche très pomerol, sur le crémeux et la rondeur, charnue sans débordement, avec un volume cohérent du début à la fin, une boule de fruit bien balancée, tenue par des tannins brossés avec souplesse (quoiqu’un peu prégnants), une acidité fine et sans accroc. On aime cette jutosité sans exubérance, tenue par ce qu’il faut de rectitude tannique et ponctué par de fins amers salivants, évoquant le bâton de réglisse.
91-92

LALANDE-DE-POMEROL

Château Haut-Chaigneau
On avance sur un nez de cachou rehaussé de notes florales (iris) et de griotte et ponctué par un boisé maîtrisé. La bouche est dotée d’une bonne mâche, une densité de fruit appétissante obtenue au prix d’un petit rendement (17 hl/ha) et d’un élevage de belle facture. Le registre croquant l’emporte néanmoins.
91

Château La Commanderie
Cuvée Rubis

Ce 2021 se révèle d’un joli crémeux bien souple, enrobé, presque juteux, avec une note fumée, comme une sorte de canapé moelleux dans lequel on s’enfonce, avec une bonne gourmandise : c’est bien élevé à défaut d’avoir énormément de fond.
88-89

Château La Chenade
De la réserve dans le fruit, un côté presque pinotant dans ce merlot 100%. Bouche affutée, très digeste, en souplesse et sur la finesse, jouant sur un registre croquant et frais. La matière est déliée, tendue sur une trame acidulée, escortée par des touches amères bien maîtrisées. Très digeste !
90-91

Château Les Cruzelles
Jolie densité au nez, une bonne profondeur de fruit, avec un très léger confituré frais. La bouche est étonnante, très aérienne, sur une matière toute en légèreté mais dotée tout de même de fond. Les tannins sont de très jolie facture, sans aucune aspérité, et la matière est soutenue par une belle fraicheur. On a vraiment un côté délié dans le vin mais qui exprime une gourmandise et une sapidité rares sur ce millésime et dans cette appellation.
92-93

Château La Gravière
Fruit centré, plutôt sur la baie rouge et bleue, une fine expression fraiche et un peu croquante.
Matière très saillante, croquante, un peu svelte, sur une arête acide prononcée, avec des tannins bien définis qui ne préemptent pas le vin, la matière se resserre un peu en finale, mais l’ensemble est assez digeste quoique ponctué par de fins amers.
88-89

Château de Chambrun
Un 100% merlot qui avance en équilibre sur un registre assez croquant. Matière sur la sveltesse, tannins un peu grenus, acidité présente mais bien balancée, on a un joli déroulé sans une énorme étoffe mais avec quelques aspérités saillantes dans la texture. L’élevage lui donnera sans doute un supplément d’épaules.
88-89

Le n°77 de Terre de Vins « spécial Primeurs » est depuis le 18 mai 2022 dans les kiosques.