Nous sommes désormais bien loin des « Carte noire » qui ont fait, à la fin du XXe siècle, les beaux jours mais aussi la piètre réputation des vins de Cahors. Les vignerons jouent de plus en plus sur le malbec, cépage identitaire, désormais indissociable de l’appellation, avec des vins en monocépage qu’ils ont su travailler avec précision à la vigne et au chai pour velouter ses tanins sans renier sa puissance. Démonstration avec la deuxième partie de notre sélection, tirée du Terre de vins n°67, actuellement en kiosque.

Domaine des Gravalous
Métisse 2018 (AB)
20 €

Ce premier millésime de Métisse est né avec l’arrivée au domaine des jarres en terre cuite de 160 litres de Castelnaudary. Ce 100 % malbec en vendanges manuelles, issu de deux sols différents, des vignes de 45 ans sur graves et des trentenaires sur argilo-calcaires, est élevé un an en jarres après une fermentation en cuves ovoïdes. D’où un vin particulièrement suave et velouté sur des arômes de fruits rouges et noirs très mûrs, de prune, avec une note de basilic. Un début prometteur pour Hervé Fabbro, qui a repris le domaine familial auparavant principalement fournisseur du négoce en raisins. Il travaille ses vignes sans désherbant et attend de restructurer son vignoble avant de passer en bio d’ici à cinq ans.
Avec un rôti de lotte au chorizo.
46220 Pescadoires
05 65 22 40 46 – Site internet

Domaine du Prince
Tour de Terre 2018 (HVE)
20 €

La famille Jouves est installée depuis trois siècles sur ces plateaux du Quercy qui dominent la vallée du Lot. Le domaine devrait son nom à un aïeul qui aurait livré ses vins au roi de France ou au tsar de Russie et qui aurait été surnommé « lou Prince » à son retour au village. Ce qui ne relève pas de la légende, c’est l’adhésion du domaine à la charte qualité, démarche unique avec un cahier des charges impliquant de plus faibles rendements que l’AOP et produisant des vins de garde, contrôlés à toutes les étapes. Le Tour de Terre, issu de vignes d’une trentaine d’années, vinifié en levures indigènes, est élevé dix à douze mois en jarres de terre cuite et non filtré. Un vin puissant mais onctueux sur des baies noires.
Avec des cuisses de canard confites.
46140 Saint-Vincent-Rive-d’Olt
05 65 20 14 09 – Site internet

Vignobles Pelvillain – Château de Cénac
Desiderius 2018 (HVE)
30 €

Desiderius, après avoir géré la trésorerie royale au VIIe siècle sous Clotaire et Dagobert, a été nommé évêque de Cahors et y a notamment fait prospérer la vigne. Il était donc naturel pour Didier Pelvillain (l’un des trois frères à la tête des vignobles), portant le même prénom, de lui rendre hommage à travers cette cuvée issue de vignes de 35 ans enherbées provenant de trois terroirs du Causse et des Terrasses. Des macérations longues en cuves avant un élevage en œufs d’un an apportent des fruits rouges croquants sur un léger fumé, une belle fraîcheur sur des tanins soyeux.
Avec un pavé de biche aux airelles.
46140 Albas
05 65 20 13 13 – Site internet

Mas del Perie
Les Acacias 2018 (biodynamie)
28 €

Fabien Jouve, dynamique et atypique vigneron cadurcien, ne laisse pas indifférent, ses cuvées non plus. Il aime essayer, provoquer, innover, et collectionne les cépages et les différents contenants dans son nouveau chai à peine sorti de terre. Ce trublion est installé sur les plus hauts coteaux de Cahors. Les Acacias provient de vieilles vignes de 40 ans en sommet de coteaux, à 350 mètres d’altitude, vendangées à la main avant une vinification des raisins sous gaz inerte sans rajout de soufre, en cuves béton, et un élevage dix-huit mois en foudres. Un vin sanguin et légèrement épicé sur des fruits rouges très mûrs, des tanins soyeux et des notes de rose fanée.
Avec saucisson et jambon noir de Bigorre.
46090 Trespoux-Rassiels
05 65 30 18 07 – Site internet