Pour la cinquième année consécutive, Duclot la Vinicole organisera en janvier prochain l’opération « Carte sur table » qui vise à promouvoir les grands vins de Bordeaux auprès de restaurateurs partenaires.

La Conseillante 2006, Figeac 2008 ou bien encore Lynch-Bages 2005. Un rêve inaccessible ? Pas si sûr. Par le truchement de Duclot la vinicole, filiale de l’un des principaux négociants de la place de Bordeaux, les grands Bordeaux sortent de l’ombre en France et retrouvent enfin le public qui semblait n’être devenu au fil des ans qu’une vieille connaissance un peu délaissée…

Durant tout le mois de janvier 2016, ce sont ainsi 29 restaurants, dont une moitié de nouveaux établissements partenaires, qui s’associeront à cette opération pour offrir aux amateurs la possibilité de (re)découvrir de prestigieuses étiquettes bordelaises à un prix rarement vu sur table. Lancée sur une idée de Jean Moueix, dirigeant du groupe Videlot (propriétaire entre autres des entités Duclot et de Petrus à Pomerol) et très parisienne depuis ses débuts en 2011, l’opération s’aventure également pour la première fois hors-les-murs chez quatre chefs à Quimper, Rouen, Megève et Gigondas. De l’adresse bistronomique comme Pierre-Sang à Paris aux plus prestigieux des établissements français triplement étoilés (Pierre Gagnaire, Pavillon Ledoyen Paris, Flocons de Sel), 16 vins seront mis à la carte, de 75 € pour un château du Tertre 2009 à 520 € pour un Lafite Rothschild 1998 avec un unique mot d’ordre : conjuguer le plaisir du bien-manger à l’émotion de la dégustation de grands flacons prêts à boire. Le tout dans des conditions optimales puisque les vins proviendront directement des chais de Duclot, chemin le plus court entre les propriétés et les consommateurs.

L’occasion de déguster des vins mythiques

Chaque édition de « Carte sur table » voit la sélection de propriétés participant à l’événement se densifier. Cette année, les prestigieux châteaux Margaux, Angelus ou bien encore Cantenac-Brown ont rejoint leurs homologues. Et comme le souligne Ariane Khaïda, directrice de Duclot, « les plus grands noms sont parmi les plus motivés pour être partie prenante car ils ont conscience de l’importance capitale d’être des partenaires privilégiés de la gastronomie française ». Et d’insister sur l’idée que cette opération s’inscrit parfaitement dans la volonté, aujourd’hui largement partagée, de redonner à Paris et plus généralement à la France, sa place de locomotive sur la scène mondiale du goût. Pour ce faire, ce sont 30 à 80 caisses de chaque référence qui alimenteront les différents établissements avec des pépites à faire tourner les têtes.

A 130 € sur table, Figeac 2008 au soyeux de bouche incomparable est une véritable aubaine. De même que Talbot 2000 (125 € sur table) qui offre des notes de cuir et d’épices et permet de découvrir un bordeaux d’une quinzaine d’années parfaitement à point. Et pour les plus chanceux, janvier rimera avec éternité car les souvenirs de dégustation d’un Cheval Blanc 2003 (480 € sur table) à la fraîcheur exceptionnelle ou d’un château Margaux 2004 aux tannins excessivement fins risquent de perdurer fort longtemps. Et avec eux la volonté, peut-être, de reprendre une bouteille de Bordeaux lors d’un prochain dîner au restaurant…

Opération « Carte sur table » du 1er au 31 janvier 2016
www.cartesurtable.fr