La 20ème édition du salon professionnel Vinitech-Sifel a fermé ses portes hier soir à Bordeaux, après 3 jours consacrés à la mise en avant des techniques et équipements vitivinicoles. Entre innovations technologiques et nouveautés insolites, voici quelques instantanés de la manifestation.

Machines agricoles, drones, bouteilles, bouchons, étiquettes, stations météo, barriques, cuves, œufs béton, chaînes d’embouteillage, cartons d’emballage, solutions en développement durable, conférences, forum des idées : pendant trois jours, le salon Vinitech-Sifel a accueilli dans l’enceinte du Parc Expo de Bordeaux tout ce que la filière vitivinicole compte d’innovations et de nouvelles pratiques. Voici quelques instantanés glanés par notre rédaction, susceptibles d’intéresser le grand public.

Inessens : étiquettes en bois, velours et cuir
Après six mois de recherche et développement, Inessens commercialise depuis la mi-septembre des étiquettes en véritables bois, velours et cuir, allant au-delà des étiquettes papier reproduisant ces matières. Industrialisables, que ce soit dans le domaine des vins et spiritueux, mais aussi dans le secteur cosmétique ou dans l’agro-alimentaire haut-de-gamme, elles sont imprimables et adhésives directement lors du processus de fabrication et non plus seulement ultérieurement à la main.
www.inessens.fr

Les vins issus de cépages résistants des vignobles Ducourt
A Bordeaux, Jérémy et Jonathan Ducourt ont planté en 2014 sur leur vignoble de Ladaux (Entre-Deux-Mers) trois hectares de cépages résistants, 1, 3 ha blancs en réselle (hybride de sauvignon et riesling) et 1, 7 ha rouges en cabernet-jura (hybride de deux souches de cabernet-sauvignon). La résistance de ces variétés aux principales maladies (mildiou, oïdium) permet de limiter les traitements (trois contre sept en moyenne). Cette expérimentation vise aussi à tester l’adaptation de ces plants à Bordeaux, en prenant notamment en compte le réchauffement climatique. Le millésime 2016 est le premier embouteillé.

Caffini et son pulvérisateur écologique « Grass killer »
En plein débat sur les produits phytosanitaires et pesticides, les alternatives à la fois plus protectrice du consommateur, de l’environnement et du viticulteur lui-même sont guettées avec attention. Le fabricant italien Caffini propose depuis l’an dernier une machine-traîneau écologique pour désherber les vignes et vergers. Composée d’une pompe à piston, d’une cuve et d’une tête tournante à quatre jets, elle utilise exclusivement la pression et l’eau froide pour désherber unilatéralement les rangs sans polluer.
www.caffini.com

La Chênaie : produits cosmétiques à base de chêne

Après le raisin, c’est au tour du chêne de révéler ses bienfaits pour la peau. Depuis janvier dernier, le groupe Charlois, propriétaire de forêts de chênes en Bourgogne depuis six générations, notamment utilisés pour le secteur viticole, développe une marque de cosmétiques à base d’extraits végétaux de feuilles, écorces et bois tendre de chêne, prénommée « La Chênaie ». La gamme comprend une dizaine de produits, tous à plus de 90% naturel, vendus dans 115 pharmacies dans une fourchette de prix de 16 à 69€.
www.lachenaie.com

Winefunding : plateforme participative pour le secteur vin
Peut-être la découverte de demain, et vous voulez être de la partie ? Rendez-vous sur winefunding.com pour contribuer au financement d’un projet relatif au vin. Chaque projet est validé en amont par un comité d’experts et partenaires, puis ouvert en ligne au financement participatif. Avec à la clé pour le contributeur soit un remboursement en bouteilles, soit une entrée au capital de l’entreprise créée. Winefunding a déjà permis la levée de fonds pour la création d’une agence de communication en mai dernier, et une dizaine de projets sont en préparation.
www.winefunding.com

Des bouchons en verre à tête de bois
La gamme de bouchons en verre Vinolok, produite par la société tchèque Preciosa, parie sur le potentiel de séduction de ce type de bouchon en le déclinant de toutes les couleurs et en l’habillant d’une tête en bois – chêne, noyer, acajou ou bois naturel.
vinolok.cz

Verallia : des bouteilles avec gravure interne
La collection Bling du verrier Verallia propose des bouteilles à gravure interne, dont la décoration se révèle au fur et à mesure que la bouteille se vide. Trois modèles sont mis sur le marché : Vertigo, Twist et Honey, proposant des déclinaisons de torsades ou une gravure en nid d’abeille.
fr.verallia.com

Winemak-in, le réseau social pour les pros du vin
Winemak-in est une sorte de Facebook réservé aux professionnels de la viticulture – vignerons, œnologues. Un lieu d’échange, d’entraide et de prise d’information, gratuit et participatif, qui réunit déjà plus de 2000 professionnels.
www.winemak-in.com

Le vin à l’ère du digital…
… C’était la thématique d’une passionnante table ronde réunissant Arnaud Daphy de l’agende SoWine, Philippe Hugon fondateur de Vin.co, Julien Guinebault de Wine Business News, et Olivier Demetriadis de Digital Packaging. S’appuyant sur la dernière étude de SoWine, sur laquelle nous reviendrons plus en détail ultérieurement, Arnaud Daphy a mis en exergue quelques tendances fortes : 34% des Français ont déjà acheté du vin sur le web (ils étaient 10% il y a 5 ans), 33% possèdent au moins une appli dédiée au vin, 19% prennent des informations sur le web pour acheter leur vin, et les réseaux sociaux deviennent un lieu d’influence de plus en plus incontournable. Face à ce constat, les producteurs sont bien sûr appelés à être de plus en plus présents sur le web (et la mobilité comme l’a souligné Julien Guinebault chiffres à l’appui), c’est notamment ce que leur propose Philippe Hugon via sa solution Vin.co. Enfin, avec MyPack Online, Olivier Demetriadis propose aux marques une solution de packaging connecté permettant aux consommateurs d’accéder directement à une foule d’informations via leur smartphone.

Wine and Spirit Profiling
Belle initiative que celle de l’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin) permettant aux professionnels présents à Vinitech de venir dans un espace de dégustation pour découvrir les bénéfices de la recherche sur les arômes. Une approche résolument technique et scientifique de la dégustation, mais permettant de mieux appréhender des notions comme l’acidité, les thiols, l’impact de l’azote foliaire sur les saveurs finale du vin, la saveur poivrée d’une syrah, etc.
www.vignevin.com

Par Laura Bernaulte et Mathieu Doumenge