Si les cavistes ont légalement le droit de rester ouverts, chacun adopte sa position en son âme et conscience, certains préférant la fermeture par précaution, d’autres jouant la carte de l’adaptation avec prudence et inventivité. La preuve en exemples à travers l’Hexagone.

Deux jours après l’annonce du confinement pour cause de Coronavirus, le rythme de vie des Français a bien changé, impactant leur libre circulation et imposant une restriction à l’ouverture des commerces. Parmi eux, nous vous en parlions ce lundi, les “commerces de détail de boissons en magasin spécialisé”, dont les cavistes, sont officiellement autorisés à demeurer ouverts par un arrêté du Ministre de la Santé. Mais si la règle est désormais, après quelques flottements, claire, les choix face à l’épidémie qui sévit en France sont aussi variés que les profils de structures. Ouverts ou fermés, et malgré les aides promises par le gouvernement, nombreux cherchent des solutions astucieuses pour ne pas mettre leur activité totalement à l’arrêt et préserver autant que faire se peut l’avenir de leur entreprise.

Ouverts pour l’instant, avec grandes précautions

Nous vous l’indiquions hier, le Syndicat des Cavistes Professionnels (SCP) appelait chaque caviste à “juger en fonction de sa responsabilité citoyenne et à ouvrir selon le contexte qui est le sien”, en prenant, le cas échéant, les mesures sécuritaires nécessaires. Dans cette veine, le président du SCP Patrick Jourdain (photo ci-dessous), a hier ouvert sa cave de Cusset (Allier) avec horaires adaptés, et prudence de mise. “Ma boutique est grande avec ses 288 m², et à part lors des fêtes de Noël, j’ai rarement plus de deux clients à la fois. Pour éviter la propagation du virus, je veille à un nombre restreint de clients, au port du masque, la désinfection de l’appareil à cartes bleues….” Outre la pure activité économique, cette ouverture est aussi un acte de soutien aux épicuriens dans un contexte de confinement. “Peut-être quelques gens auront-ils besoin de venir chercher une bonne bouteille pour se remonter, avec modération toujours, le moral, et faire honneur à la culture française !” Pour s’adapter à un maximum de clients, le caviste double l’ouverture d’un service de livraison à domicile.

Dispositions similaires pour ce mardi dans les deux caves du vainqueur du Concours du meilleur Caviste de France en 2014, Stéphane Alberti, en Auvergne (photo ci-dessous), où l’ouverture avait été décrétée “pour le moment aux horaires habituels, pour laisser le temps de faire un stock tampon. Les vins et spiritueux n’étant pas périssables, et le temps de confinement certainement long, cela pourra améliorer un peu votre quotidien. La gastronomie et les plaisirs bacchiques ne sont pas encore interdits !” Tout changeant à la vitesse de l’éclair en ces temps de crise sanitaire, le caviste annonçait finalement ce matin, en professionnel et citoyen responsable, “avec beaucoup de tristesse et de désarroi […], la fermeture de la cave de Saint-Amant jusqu’à nouvel ordre pour des raisons sanitaires évidentes.” Il détaillait :”cette décision difficile pour le chef d’entreprise que je suis a été beaucoup plus simple pour l’homme et le père que je suis. En effet, sa taille très petite ne nous permet pas de vous recevoir dans des conditions aussi strictes que nous le souhaitons pour notre personnel comme pour nos clients malgré un essai d’ouverture hier. […] J’espère que vous comprendrez cette décision et que l’on se reverra tous en pleine forme lors de la fin de cette pandémie. Comptez sur nous pour faire le maximum à la réouverture pour vous satisfaire au mieux. En attendant, je reste ouvert sur la cave de Ceyrat pour encore quelques jours ou quelques heures, en fonction de l’évolution de la situation, afin de vous permettre de faire les derniers stocks. Ensuite, bien qu’autorisé légalement à ouvrir, la cave sera fermée car j’estime que c’est à chacun de prendre des décisions fortes pour endiguer rapidement ce fléau, dont le pic est annoncé à partir de vendredi sur Clermont et pour les quinze jours suivants. ”

A Rhône Magnum (Pont-de-l’Isère, Drôme), le meilleur caviste de France 2018 Cyril Coniglio (photo ci-dessous) a quant à lui pris le temps de la réflexion, avant de décider de l’ouverture, finalement maintenue ce mardi, mais avec des changements majeurs. La vente sur place y est strictement encadrée, avec “accès réduit seulement au sas d’entrée du magasin, une personne à la fois”, commandes préconisées par téléphone non-stop ou mail, organisation d’une collecte sur le principe d’un drive de 11h30 à 12h30 et de 17h30 à 18h30, et, en dehors de ces horaires, livraison gratuite. Le tout, “dans le respect des règles d’hygiène pour éviter les contacts, et pour rester chez soi en se faisant livrer”, appliquant à la lettre les préconisations gouvernementales.

Fermetures et alternatives

Au caveau de Bacchus, à Alès (Gard), le vice-président de la Fédération des Cavistes Indépendants Matthieu Pibarot n’a pas attendu l’annonce officielle de la mesure de confinement, pour trancher dimanche matin, dans la droite ligne des préconisations de la FCI aux 5000 cavistes indépendants de France. “Je crois avoir le devoir d’être raisonnable. Je me réclame donc du devoir moral de ne pas ouvrir ma boutique pour la semaine qui vient. J’ai une famille, des amis, je me dois de faire en sorte de les protéger. Je ne suis pas allé voté pour la première fois depuis plus de dix ans, je ne prendrai pas de risque pour quelques euros de plus à gagner. Je repousserai peut-être des factures, je ne paierai peut-être pas au jour près mon prochain loyer, mais je n’irai pas travailler cette semaine, même si au final on m’en donne le droit”, affirmait-il. Ce mardi, il envisageait “sûrement de la vente rapide sur le pas de la porte à partir du jeudi 26 vendredi 27 et samedi 28, dispositif qui permettra de prendre ses distances d’ici là et de voir comment évolue la situation.”

En région parisienne, où l’épidémie se propage, nombreuses sont les enseignes à préférer la prudence, comme les Caves du Parc, à Neuilly-sur-Seine. Encore décidée dimanche dernier à maintenir l’ouverture aux horaires traditionnels, recommandation faite des gestes “barrières”, et proposition de services livraison et Drive adoptée, Christelle Taret a finalement opté ce lundi pour “la décision difficile” de fermeture. “J’espère que nous vous retrouverons vite. Prenez soin de vous” envoyait-elle à ses clients comme message via sa page Facebook. Le principe de précaution prévaut aussi à la Cave Vino Sapiens, dans le 7e arrondissement, où après avoir proposé vendredi dernier “la livraison à domicile, de 10h à 22h non-stop, par un de vos Cavistes préférés, assortie de -10% sur toutes les références, à boire & à manger”, Thierry Guemas a décidé tout arrêt des activités en ce premier jour de confinement. “On aurait pu comme d’autres… mais après sage réflexion, pour vous et nous protéger, on a décidé que votre Cave préférée resterait fermée et sans livraison. En attendant, c’est l’occasion de “liquider” les bouteilles à maturité de votre stock. On pense fort à vous, vous nous manquez…A très vite ! Thierry/Liliya/Sylvain”.

Dans le grand est, autre région parmi les plus impactées en France, portes closes à “Au Millésime” à Strasbourg dès ce 17 mars, avec annonce “qu’en raison de la crise sanitaire, nos boutiques Au Millésime Strasbourg et Le Comptoir du Millésime Vendenheim seront fermées demain mardi 17 mars. Nous vous tiendrons informés par la suite. Prenez soin de vous et de vos proches.” Non-loin de là, à la Cave “Pépites de Vin”, à Bischwiller, Anne Lienhart explique “par solidarité et pour préserver votre santé, Pépites de vin sera fermée au moins cette semaine. En revanche n’hésitez pas à me contacter par Messenger ou par mail anne@pepitesdevin.fr je vous livrerai quand vous le souhaitez.”